Crise dans la Corne de l’Afrique : agir vite avec une vision de long terme

L’AMREF, 1ère ONG africaine de santé publique, fait face à l’urgence dans les pays de la Corne de l’Afrique où elle mène de nombreux programmes de santé. Plusieurs campagnes d’accès à l’eau et d’assainissement ont été initiées auprès des communautés affectées par la famine afin d’empêcher l’apparition de maladies telles que le choléra et la diarrhée. L’AMREF et ses équipes sur le terrain se concentrent également sur le traitement de la malnutrition et de la diarrhée dans les camps de réfugiés du Nord du Kenya. Mais il faut faire plus. Il lui faudrait 3,5 millions d’euros pour diminuer l’impact de la sécheresse et de la famine à court terme et pour s’assurer que les communautés ne porteront pas le poids de la famine sur le long terme.

Plan d’urgence :

Forte de 54 ans d’expérience sur le terrain kenyan, l’AMREF a développé un plan d’urgence visant à pourvoir aux besoins immédiats de santé dans les zones touchées par la sécheresse et la famine où des millions de personnes se trouvent en situation d’urgence alimentaire et de pénurie d’eau et de soins.
10 mesures immédiates doivent être prises pour venir en aide aux populations en détresse dans les 9 prochains mois. Ces mesures s’adressent aux populations kenyanes ainsi qu’aux réfugiés établis dans le Nord du Kenya.

1/ Soutenir le transport de l’aide alimentaire (10 sites, 36000 km).

2/ Donner accès à l’eau (fournir 10 000 litres d’eau le long des voies de migrations, à Samburu, à Turkana, construire 60 puits à faible profondeur à Loitokitok, Makueni, Kajiado, Laikipia, Turkana…).

3/ Renforcer les pratiques sanitaires et d’hygiène dans les conditions d’urgence et instaurer des règlements temporaires dans les villages et les camps (installations de toilettes mobiles à Turkana, Samburu, déploiement de 100 formateurs, installations de 100 leaky tins pour le lavage des mains dans les écoles de Kajiado, Samburu, Makueni…).

4/ Approvisionner en carburant les pompes des puits communautaires (18 communautés).

5/ Approvisionner les points d’eau en chlore pour l’assainissement (distribution d’1,8 millions de tablettes de chlore dans les zones affectées).

6/ Procurer des soins médicaux et chirurgicaux de proximité (6 programmes globaux dans les zones isolées, soutien des agents de santé et fourniture de balances, de bracelets de malnutrition, de sels

7/ Contrôler la qualité de l’eau (prélèvements dans les sources et les points d’approvisionnement).

8/ Evaluer les effets de la sécheresse sur Kibera et Dagoretti et pourvoir aux besoins (approvisionnement des écoles en nourriture,…).

9/ Prévention et sensibilisation des populations affectées (sensibilisations aux bonnes pratiques d’hygiène,…).

10/ Contribuer à renforcer la coordination globale pour offrir une réponse efficace (comités de gestion et de réduction de la sécheresse dans chaque pays, évaluation de la sécheresse,…).

Pour mettre en oeuvre ces premières mesures d’urgence, l’AMREF lance un appel à don de 940 000 euros à l’ensemble de la communauté internationale, aux fondations d’entreprises et aux donateurs particuliers.
Par ailleurs, il est évident que la famine continuera à avoir des conséquences sur la santé des communautés longtemps après la fin de la pénurie alimentaire. Ainsi, si les actions d’urgence et autres mesures à court terme sont primordiales dans la stabilisation de la santé des communautés et la diminution de la mortalité, l’AMREF tient à établir des stratégies de long terme afin de réduire la vulnérabilité des communautés face aux catastrophes liées au réchauffement climatique.

C’est pourquoi, l’AMREF va mettre en oeuvre des mesures de lutte contre la malnutrition chronique, d’assainissement de l’eau et de traitement des maladies infectieuses. Dans les 3 à 5 prochaines années les priorités seront de fournir de l’eau potable, de développer des cultures adaptées aux zones arides et de promouvoir des bonnes pratiques sanitaires et d’hygiène. Ce plan nécessitera 2,6 millions d’euros supplémentaires. Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons réduire durablement l’impact de la sécheresse et de la famine.

 Sur le web : www.amref.fr

 Par courrier : AMREF Flying Doctors – Service Donateurs – Crise de la Corne de l’Afrique – 134, Boulevard Haussmann- 75008 Paris

L’AMREF en quelques mots: 1ère ONG africaine de santé publique, l’AMREF intervient auprès des populations les plus pauvres et les plus marginalisées d’Afrique pour améliorer leur santé. Elle mène plus de 100 programmes santé sur le terrain et vient ainsi en aide à 60 millions d’africains chaque année.