Crise d’hystérie homophobe au Parlement namibien

Des députés SWAPO ont laissé éclater leur haine des gays et lesbiennes à l’occasion d’un débat sur les droits de l’Homme, malgré les appels au calme du président de l’Assemblée nationale.

Un débat à l’Assemblée nationale de Namibie sur les droits de l’Homme, hier, a dégénéré en concours de noms d’oiseaux – malheureusement censuré par le Namibian, qui rapporte l’affaire.

Les députés homophobes du SWAPO (le parti tout-puissant au pouvoir) ont réagi avec une violence verbale incontrôlable aux propos de Rosa Namises, une de leurs collègues qui introduisait un débat sur la possibilité, pour la Namibie, de ratifier le protocole de la Charte africaine sur l’établissement d’une Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples (ACHPR). Mme Namises a déclenché l’ire de ses collègues en déclarant que les droits des minorités gays et lesbiennes étaient menacés par les autorités namibiennes.

Droits menacés

Jerry Ekandjo, qui est à la fois député et membre du gouvernement, s’est particulièrement illustré en hurlant à plusieurs reprises  » Qu’est-ce que c’est que la sodomie ? « , avant de répéter à chaque fois que la sodomie est un crime selon la loi namibienne.  » Pourquoi est-ce mal de traiter quelqu’un de lesbienne ? « , devait-il ajouter après s’être adressé à Mme Namises en lui appliquant cette qualité.

Incapable d’apaiser la bruyante colère de M.Ekandjo, le président de l’Assemblée nationale a fini par lui dire qu’en tant que ministre de l’Intérieur, il ne devrait pas ignorer ce qu’est la sodomie. Le Namibian n’a pas interprété.