Création d’un accord de libre-échange entre 26 pays d’Afrique

Les dirigeants de 26 pays d’Afrique de l’Est et du Sud réunis en Egypte vont signer, ce mercredi, un traité de libre-échange, la Tripartite, qui doit faciliter la circulation des biens et des marchandises.

De hauts responsables de 26 pays d’Afrique de l’Est et du Sud sont, depuis lundi, à Charm el-Cheikh en Égypte afin de mettre sur pied un accord sur l’intégration économique, de libre échange appelé Tripartite. Cet accord regroupe les pays du marché commun des États d’Afrique Australe et de l’Est.

Le traité de libre-échange prévoit la création de tarifs douaniers préférentiels et l’élimination des barrières non tarifaires, le protectionnisme de chaque pays constituait un frein à la circulation des marchandises. Grâce à cet accord, la circulation des biens et marchandises est facilitée. La Tripartite englobera les deux économies les plus développées du continent, l’Afrique du Sud et l’Égypte. Les 26 pays de la Tripartite constituent un ensemble de 625 millions d’habitants et ont un PIB global de 900 milliards d’euros.

Traité effectif dans plusieurs mois

Avant que le traité n’entre en vigueur, il faudra attendre plusieurs mois. En effet, pour que l’accord soit effectif, il faut que le calendrier de démantèlement des barrières douanières soit établi, or ce n’est pas encore le cas. Par ailleurs, le traité doit être ratifié dans les deux ans à venir par les Parlements des 26 pays

Actuellement, seuls 12% des échanges commerciaux en Afrique ont lieu entre pays du continent contre 70% en Europe. La Tripartite se doit de mettre en place un mécanisme pour identifier les obstacles non tarifaires au commerce et les éliminer. Avec ce traité, l’Afrique souhaite augmenter sa part dans les échanges commerciaux à l’international.