Crash meurtrier d’un avion en RDC

Plusieurs dizaines de personnes ont succombé, mardi, dans l’accident d’un avion de ligne d’une compagnie privée de République démocratique du Congo (RDC). L’avion, un DC9 de la compagnie privée Hewa Bora, qui se rendait à Kinshasa, s’est écrasé peu après son décollage de Goma (est), vers 14H30 locales (12H30 GMT), à la limite entre le bout de la piste et le quartier populaire de Birere.

Notre correspondant à Kinshasa

Après avoir effectué quelque 100 mètres, rasant tout sur son passage, le DC9 de la compagnie privée Hewa Bora s’est écrasé sur un pâté d’habitations situé au bout de la piste. Aucun bilan officiel n’a encore été donné pour l’instant mais, selon les premières informations, il y a six survivants dont le pilote, un membre d’équipage et deux petits enfants. Un colporteur que l’avion a écrasé dans sa chute a quand même pu en réchapper. «Il y avait une centaine de personnes à bord. Il y a six survivants, parmi lesquels le pilote et le co-pilote», indique un agent de la tour de contrôle de l’aéroport de Kinshasa, qui centralise toutes les données envoyées par Goma.

Pour sa part, Thomas Oleko, un des responsables de la Régie des voies aériennes à l’aéroport de Goma a déclaré : «C’est un avion de ligne. Il y avait beaucoup de monde à bord. On fait tout pour accéder à l’avion, mais il est en feu. Le carburant est en train de brûler et on a peur d’une explosion». D’autres sources n’excluent pas qu’il y ait plus d’une centaine de morts. «L’avion avait à son bord une centaine de passagers et il est tombé dans un quartier populaire en pleine journée, et le bilan dépasserait logiquement plusieurs dizaines de victimes», déclare un responsable de l’administration de la ville de Goma. Des témoins ont vu «de nombreux passagers qui étaient restés piégés dans l’appareil en flamme après qu’il se soit écrasé».

Un accident spectaculaire et meurtrier

Un rescapé témoigne des circonstances de l’accident. «J’étais sur le chemin de retour vers Kinshasa parce que ma mission était finie. Quand l’avion a fait le taxi pour son décollage, il y a eu crevaison. Nous l’avons entendu de l’intérieur. L’avion avait déjà atteint la vitesse de décollage. Après la crevaison, il a commencé à freiner. Tellement que la vitesse était déjà très grande, on s’est retrouvé là où vous voyez, contre l’obstacle. Quand l’avion a touché, je ne sais pas ce qu’il a touché, j’ai replié en arrière, et j’ai trouvé une ouverture. C’est là où je me suis lâché. C’était juste dans une maison que l’avion avait déjà écrasée. A partir de là, l’avion est passé. Moi je suis resté.»

Des équipes de sapeurs-pompiers de la Mission de l’ONU en RDC (Monuc) ont été dépêchées sur place. Tout au long de la journée on pouvait apercevoir un important panache de fumée noire et de flammes s’élever des lieux de l’accident, dont l’accès était très difficile.

Photo : Radio Okapi