Crash en Egypte : Poutine et Sissi pour une étroite coordination de leurs services secrets

Suite au crash de l’avion en Egypte, le Président russe Vladimir Poutine et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont affirmé, ce mercredi, la nécessité que leurs services secrets travaillent en étroite collaboration.

Le crash de l’avion russe en Egypte va davantage rapprocher la Russie et l’Egypte. Le Président russe Vladimir Poutine et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont convenu, ce mercredi 18 novembre 2015, de la nécessité d’une « étroite coordination de leurs services secrets ». D’autant que cet accident meurtrier, qui a fait 224 morts, est en réalité bien un attentat revendiqué depuis le début par le groupe armé Daech. « Dans le contexte des efforts de recherche des criminels impliqués dans l’acte terroriste de l’avion de ligne russe, les deux Présidents ont convenu d’une étroite coordination entre leurs services secrets », a précise le Kremlin, dans un communiqué.

Vladimir Poutine a, pour sa part, confirmé, mardi, l’attentat suite au crash de l’Airbus russe en Egypte. Il a également promis de « «trouver et punir où qu’ils se cachent les responsables de l’attentat qui a provoqué le crash du vol A321 au dessus du Sinaï ». L’aviation russe a décidé d’intensifier ses frappes en Syrie après l’attentat contre l’avion russe.

Washington et Londres avaient dès le départ évoqué la thèse terroriste suite à l’accident aérien le plus meurtrier que la Russie n’ait jamais connu. Mais Moscou avait tardé à officialiser l’attentat.

L’Egypte, de son côté, continue de répéter qu’on ne peut tirer aucune conclusion définitive avant la fin de l’enquête concernant le crash de l’avion, qui a fait 224 morts. Il faut dire que le pays s’est vidé de ses touristes après le drame. Or, le tourisme représente 20 millions d’emplois en Egypte et demeure un secteur clé de l’économie du pays. Les autorités se veulent donc rassurantes sur la sécurité intérieure de l’Eégypte pour éviter l’effondrement du tourisme.