Crash en Egypte : Londres accuse Daech

Londres estime qu’il est « hautement probable » que Daech, qu’on connait aussi sous le nom de l’organisation de l’Etat islamique, soit responsable du crash de l’avion russe en Egypte.

Pour Londres, c’est probablement Daech, connu aussi sous le nom de l’organisation de l’Etat islamique, qui est à l’origine du crash meurtrier de l’avion dans la péninsule du Sinaï, il y a dix jours en Egypte. « Il est hautement probable qu’un membre ou sympathisant du groupe terroriste Etat islamique ait placé une bombe dans l’Airbus russe qui s’est disloqué au-dessus du Sinaï en Egypte », a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Philip Hammond, sur la chaîne américaine CNN à l’occasion de sa visite à Washington pour rencontrer son homologue américain John Kerry. Selon lui, il est en effet « probable qu’il y ait eu un engin explosif à bord de l’avion que le contraire », soulignant qu’il « y a une forte propabilité que l’organisation de l’Etat islamique soit impliquée ».

Toutefois, nuance, le chef de la diplomatie britannique, « cela ne veut pas dire qu’il s’agissait d’une attaque dirigée depuis le quartier général de l’EI en Syrie», précisant que « cela a pu être le fait d’un individu inspiré par l’EI, qui s’est auto-radicalisé en regardant la propagande de l’EI et en agissant en son nom sans que cela soit dirigé » par l’organisation ultraradicale, a encore argumenté le chef de la diplomatie britannique sur CNN.

Londres tout comme Washington avaient été les premiers la semaine dernière à évoquer la piste d’un attentat à la bombe qui aurait causé le crash de l’avion russe. De son côté, le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a admis lundi la possibilité qu’un « acte terroriste » ait été à l’origine du crash le 31 octobre de l’Airbus russe alors que jusqu’ici Moscou avait joué la carte de la prudence sur la probabilité d’un éventuel attentat à l’origine de l’accident.

Depuis le début du drame, la branche égyptienne de l’EI a, elle, toujours affirmé qu’elle était bien à l’origine du crash qui a fait 224 morts. L’organisation a même souligné qu’elle prouverait d’ici peu qu’elle a bien causé l’accident. Une sortie médiatique qui n’avait pas du tout été du goût du Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui avait accusé l’EI de propagande et de chercher à nuire à l’image de l’Egypte, lors d’une interview à la BBC.

Depuis le crash, le plus meurtrier que la Russie n’ait jamais connu, l’Egypte a perdu beaucoup de touristes qui ont été évacués par leurs pays respectifs. Le secteur touristique subit un nouveau coup dur, d’autant qu’il représente 11% du PIB égyptien.