Crash en Egypte : le Kremlin n’exclut pas un acte terroriste

Le Kremlin n’exclut aucune hypothèse pour expliquer l’accident d’un Airbus A321 de la compagnie russe Kogalymavia/Metrojet, samedi, dans la péninsule égyptienne du Sinaï.

L’accident d’un Airbus A321 de la compagnie russe Kogalymavia/Metrojet, samedi 21 octobre 2015, dans la péninsule égyptienne du Sinaï suscite toujours de nombreuses questions. Le Kremlin n’exclut aucune hypothèse pour expliquer le drame, a déclaré, ce lundi 2 novembre 2015, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Il répondait à une question sur la possibilité d’une action terroriste.

L’avion qui transportait 224 passagers dont 7 membres d’équipage s’est probablement disloqué en vol, mais il est encore trop tôt pour en tirer la moindre conclusion, a déclaré, dimanche, le chef de l’aviation civile russe. L’accident n’a laissé aucun survivant parmi les 224 passagers et membres d’équipage.

L’organisation de l’Etat islamique avait, de son côté, revendiqué le crash, mais Moscou avait immédiatement démenti. Selon le ministre des Transports, Maxime Sokolov, la revendication par le groupe Etat islamique de la responsabilité du crash «?ne peut être considérée comme exacte?». Selon lui, «?nous nous trouvons en contact étroit avec nos collègues égyptiens et les autorités aériennes de ce pays. A l’heure actuelle, ils ne disposent d’aucune information qui confirmerait de telles insinuations?». De son côté, une source diplomatique russe, sous couvert d’anonymat, avait indiqué qu’il était «?déplacé de parler d’une quelconque version tant que les causes de la catastrophe ne sont pas établies?».

Par ailleurs, plusieurs experts militaires estiment que les insurgés de l’organisation de l’Etat islamique, dont le nord du Sinaï est le bastion, ne disposent pas de missiles capables d’atteindre un avion à 30 000 pieds. Toutefois ils n’excluent pas la possibilité d’une bombe à bord ou encore que l’avion ait été atteint par une roquette ou un missile alors qu’il redescendait à la suite de défaillances techniques.

Lire aussi :

 Crash en Egypte : défaillance technique ou attentat terroriste ?