Crash en Egypte : Air France et Lufthansa renoncent à survoler le Sinaï

Air France et Lufthansa, respectivement compagnies aériennes française et allemande, ont décidé de ne plus survoler la zone du Sinaï depuis samedi après-midi, jusqu’à nouvel ordre et par mesure de sécurité. Cette décision intervient après le crash de l’avion russe en Egypte, qui a fait 224 morts.

A la suite du crash de l’avion russe en Egypte, qui a fait 224 morts, Air France et Lufthansa, respectivement compagnies aériennes française et allemande, ont décidé de ne plus survoler la zone du Sinaï, depuis samedi après-midi, jusqu’à nouvel ordre et par mesure de sécurité. Les experts du BEA sont déjà sur place. Ils doivent être rejoints par leurs homologues allemands et russes.

Des enquêteurs du Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) français sont arrivés sur les place, ce dimanche. Ils sont accompagnés de six conseillers techniques du constructeur aéronautique Airbus, et doivent participer à l’enquête. Les enquêteurs français ne seront pas seuls sur place puisqu’ils doivent être rejoints par deux enquêteurs allemands et quatre enquêteurs russes. Ces derniers, selon le BEA sont des représentants l’Etat de la compagnie aérienne ayant subi cette catastrophe.

Par mesure de prudence, les appareils d’Air France et ceux de Lufthansa éviteront la zone, jusqu’à nouvel ordre, en attendant que les causes du crash soient élucidées. Le contact avec le charter de la compagnie russe Kogalymavia a été perdu samedi à l’aube, 23 minutes après son décollage de l’aéroport de Charm el-Cheikh, en Egypte, alors qu’il volait à une altitude de plus de 30.000 pieds.

L’appareil s’est écrasé au beau milieu du nord du Sinaï, fief de la branche égyptienne de l’organisation Etat islamique (EI) qui a affirmé samedi sur Twitter avoir abattu l’Airbus en représailles à l’intervention russe en Syrie. Les 224 occupants de l’avion, touristes et membres d’équipage, ont tous péri dans le crash.