Covid-19 : le Soudan rapatrie ses ressortissants bloqués à l’étranger

Le mois dernier, le Gouvernement soudanais a commencé, avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), à faciliter le retour dans son pays du premier des quelque 15 000 ressortissants soudanais bloqués à l’étranger, dont beaucoup ont un besoin urgent d’assistance.

L’OIM, qui a plaidé pour la création de mécanismes de retour prévisibles et sûrs qui équilibrent la mobilité et la nécessité d’une réponse robuste de santé publique au COVID-19, travaille avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour renforcer les mesures de surveillance de la santé aux points d’entrée comprenant l’aéroport international de Khartoum, le nouvel aéroport international de Port-Soudan et le port de Swakin.

« L’aéroport international de Khartoum a achevé toutes les préparations nécessaires pour accueillir les résidents soudanais bloqués à l’étranger pendant la pandémie de COVID-19« , a déclaré Ibrahim Adlan, directeur général de la Civil Aviation Authority. «L’aéroport prend toutes les précautions nécessaires conformément aux directives et procédures internationales établies par le ministère de la Santé pour tester tous les passagers avant l’embarquement et à leur arrivée dans le pays, afin d’assurer la sécurité et la santé de tous, y compris les travailleurs et les passagers

La majorité de ceux qui souhaitent rentrer chez eux se trouvent au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie. La priorité a été donnée aux personnes âgées et à celles nécessitant un traitement médical.

L’OIM a fourni des équipements de protection individuelle (EPI), dont plus de 50 000 masques, 63 000 gants, 1 600 désinfectants pour les mains et 5 thermomètres à balayage thermique à utiliser à l’aéroport international de Khartoum. Des panneaux de signalisation pour la distance physique et la sensibilisation et la prévention du COVID-19 ont également été fournis.

«L’OIM est ravie de pouvoir aider à soutenir le retour des résidents soudanais dans leurs maisons et à les réunir avec leur famille et leurs amis», a déclaré Andrew Gray, chef de la gestion et du développement des migrations à l’OIM au Soudan.

Le soutien supplémentaire à l’aéroport comprendra la réhabilitation des installations de dépistage et d’isolement et la formation des agents frontaliers de première ligne sur la prévention et le contrôle des infections, a déclaré Gray.

À la suite de COVID-19, le Soudan a déclaré une urgence sanitaire à l’échelle nationale, fermé tous les aéroports, ports maritimes et points de passage terrestres, et instauré un couvre-feu à l’échelle nationale. Au 27 juin, l’épidémie avait coûté la vie à 572 personnes au Soudan pour 9 257 cas confirmés, selon le ministère fédéral de la Santé. L’épidémie a alourdi un système de santé national déjà surchargé.

Au cours d’une précédente fenêtre de 48 heures en mars, le gouvernement a ouvert ses frontières pour permettre à environ 2 000 migrants soudanais de rentrer via l’aéroport international de Khartoum.

Le soutien à cette activité a été financé par l’Union européenne dans le cadre de l’initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants dans la Corne de l’Afrique, le ministère danois des Affaires étrangères, le Département d’État des États-Unis et le Bureau soudanais de la population, des réfugiés et des migrations (PRM).

Grâce à son programme COVID-19 de réponse au Soudan avec l’OMS, qui s’élève actuellement à 11,5 millions d’euros, l’UE soutient en outre les efforts visant à renforcer la capacité de l’aéroport international de Khartoum à accueillir les rapatriés et autres voyageurs.