Covid-19 :  le Métro d’Alger accuse une perte de plus de 52 milliards

L’Entreprise du métro d’Alger (EMA) a accusé une perte de 13 milliards de dinars (52,8 milliards FCFA) depuis la suspension de ses services en mars dernier, suite au confinement sanitaire imposé pour lutter contre la propagation du Coronavirus.

La pandémie de Covid-19 a affecté de nombreux secteurs et l’Entreprise du métro d’Alger (EMA) a accusé une perte de 13 milliards de dinars (52,8 milliards FCFA) depuis la suspension de ses services, en mars dernier, a indiqué son directeur général, Ali Arezki. Mais, il a aussi assuré que l’EMA continue à verser les salaires de ses employés, en dépit de la crise sanitaire.

« Nous avons été lourdement impactés, sur le plan financier, par la situation sanitaire engendrée par le Covid-19, car nous sommes à l’arrêt depuis le 22 mars dernier et les pertes sont évaluées à plus de 13 milliards de dinars pour l’ensemble des modes de transport (métro, tramway, téléphériques et télécabines) », a déclaré le Directeur général Ali Arezki.

L’entreprise, chargée de la gestion du transport en commun (métro, tramway, les transports par téléphériques et télécabines) dans les différentes villes en Algérie, s’est retrouvée subitement à l’arrêt. Le DG Ali Arezki a expliqué que c’est seulement le tramway qui a repris depuis le 17 juin dernier, mais avec une capacité de transport de réduite de moitié, puisqu’ils sont à 50% seulement.

« Actuellement, la situation financière est très déficitaire », a-t-il déploré, d’autant que le système d’exploitation de ce genre de transport nécessite une maintenance régulière, même lorsqu’ils sont à l’arrêt total. C’est donc un véritable manque à gagner pour l’entreprise. « Nous étions donc obligés de faire le roulage quotidien des rames tout au long de cette période (…) Cela a généré beaucoup de charges et de dépenses, en contrepartie, il n’y a pas eu de recette », a-t-il fait constater.

Par ailleurs, le Directeur général de l’Entreprise du métro d’Alger a indiqué que son entreprise a généré un nombre « important » de postes d’emplois avec plus de 5 000 postes pour l’ensemble des transports en commun gérés par l’entreprise. « L’entreprise a créé plus de 5 000 postes d’emplois dont 3 500 postes pour les besoins des 6 tramways et 800 postes pour les besoins des téléphériques et télécabines au niveau national », a précisé M. Arezki.

Il a aussi assuré que l’EMA continue à verser les salaires de ses employés en dépit de la crise sanitaire du Covid-19 qui a « lourdement » impacté l’entreprise avec des pertes estimées à plus de 13 milliards de dinars (52,8 milliards FCFA).