Covid-19 : le Kenya limoge ses 86 médecins grévistes

Le gouvernement kényan a licencié 86 médecins qui, pour protester contre les mauvaises conditions de travail pendant la pandémie de Coronavirus, avaient refusé de reprendre le travail au milieu d’une grève en cours, depuis décembre 2020.

Les 86 médecins qui avaient refusé de reprendre le travail au milieu d’une grève en cours depuis décembre 2020, protestant contre les mauvaises conditions de travail pendant la pandémie de Covid-19, ont été licenciés par le gouvernement kényan. Le secrétaire général du Kenya Medical Practitioners and Pharmacists and Dentist’s Union (KMPDU), Chibanzi Mawachonda, figure parmi les licenciés.

S’adressant au téléphone à l’agence de presse Anadolu, Chibanzi Mawachonda, du Syndicat des médecins et pharmaciens du Kenya et du syndicat des dentistes, a déclaré que la position du gouvernement était illégale et injustifiée. Il a condamné cette décision et a appelé le gouvernement à résoudre ses griefs au lieu de les renvoyer.

Des discussions avec le gouvernement, en fin décembre, sur le salaire et le manque d’équipement de protection, ont conduit de nombreux médecins à retourner au travail. Mais certains ont refusé en disant que leurs problèmes n’étaient toujours pas résolus. Les médecins limogés ont juré de poursuivre le gouvernement en justice.

Au moins 14 médecins sont décédés du Coronavirus, au Kenya, depuis que le premier cas a été confirmé au mois de mars dernier, selon le syndicat des médecins. Le système de soins de santé du Kenya subit de nouvelles pressions de la part d’infirmières qui ont des griefs similaires et qui sont également en grève depuis début décembre.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le Kenya a jusqu’à présent enregistré 97 733 cas de contaminations, dont 80 306 guérisons et 1 702 décès.