Covid-19 : en Algérie, les frontières resteront fermées 

Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune

Le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune, l’a décidé : pas de réouverture des frontières en Algérie avant la fin de la crise sanitaire. 

En effet, afin de limiter la propagation du virus, plusieurs mesures ont été précisées lors du conseil des ministres qui s’est tenu hier, dimanche 28 juin.

« Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a ordonné le maintien de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du coronavirus », a indiqué les services de communication du conseil des ministres.

D’abord, selon la même source, le transport, maritime comme aérien, ne reprendra pas dans le pays où les frontières sont fermées depuis le 20 mars dernier. Mais le chef de l’État a également exigé au Premier ministre qu’il procède au durcissement des sanctions en cas de non-respect des mesures prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Abdelmadjid Tebboune demande, par ailleurs, au Premier ministre de travailler à l’étude des mesures à mettre en place afin de « couper la chaîne de la transmission du virus » ; cela en concertation avec le comité national scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie.

Quant au ministre de la santé, le président souhaite qu’il puisse se déplacer dans les wilayas (départements du pays, Ndlr), afin d’enquêter pour établir la vérité sur les insuffisances de matériel. À l’aide d’un avion spécialement mis à disposition, le ministre pourra ainsi se rendre sur place et constater la situation dans les hôpitaux.

Enfin, le communiqué publié à l’issue du conseil des ministres précise qu’une feuille de route a été adressée à chaque nouveau ministre par le chef de l’État. Les ministères plus particulièrement concernés sont ceux de l’agriculture, des mines, de l’énergie et de la transition énergétique ainsi que le sport d’élite.