Covid-19, Cameroun : refusés par les uns, les dons de Maurice Kamto sollicités par d’autres

Maurice Kamto

Alors que les dons de l’association Survie Cameroun de Maurice Kamto pour aider dans la lutte contre le Covid-19 sont refusés par le gouvernement central camerounais, l’administration de la commune de Monatélé, à travers le premier adjoint au maire, a sollicité la mise à disposition de quelques matériels. Christian Penda Ekoka, président du comité de gestion de Survie Cameroun ne s’est pas fait prier pour donner une suite favorable à la requête.

Jeudi dernier, le gouvernement camerounais, par la voix de son ministre de la Santé, Manaouda Malachie, a tout simplement, à la grande indignation de bien des Camerounais et même de quelques observateurs externes, rejeté l’aide de l’association Survie Cameroun de l’opposant Maurice Kamto, qui souhaitait accompagner les autorités dans la riposte contre la pandémie du Covid-19 au Cameroun, à travers un don de 10 000 masques barrières, 6 800 masques chirurgicaux et 950 tests.

Suite à ce refus du gouvernement qui reconnaît quand même avoir besoin de ce matériel, les autorités communales de la ville de Monatélé dans le département de la Lékié ont saisi la balle au bond. Célestin Bedzigui, premier adjoint au maire de Monatélé a alors fait part à Christian Penda Ekoka du besoin du matériel de lutte contre le Coronavirus pour sa commune. La réponse de Survie Cameroun a été prompte : 1 000 masques barrières, 1 050 masques chirurgicaux, 100 tests de Covid-19 seront mis à la disposition de la ville pour le premier jet qui pourrait être accompagné d’autres donations si nécessaire.

Accusant réception de la réponse positive de Christian Penda Ekoka, Célestin Bedzigui a tenu à préciser : « En initiant cette démarche qui a rencontré un écho positif auprès de votre association, notre intention était de démontrer la possibilité de faire passer en priorité la satisfaction des besoins de nos populations par-delà nos différences de sensibilité sociale, voire politique. L’écho favorable reçu de votre association illustre la viabilité d’une telle possibilité ».

En s’exprimant ainsi, le premier adjoint au maire de Monatélé envoie des pics au gouvernement qui, manifestement, ne fait pas la part des choses entre les divergences politiques et la nécessité dans des circonstances comme celles-ci de constituer une union sacrée pour bouter dehors un ennemi commun. Même chose du côté d’un autre Célestin dont le patronyme est Djamen, juriste et homme politique qui conseille à Maurice Kamto de distribuer directement le matériel au public cible en ignorant le ministère.

« Lorsqu’il s’agit du matériel médical, les directeurs des centres hospitaliers sont là et n’attendent que ça !!! Ils apprécieraient hautement de recevoir du matériel des citoyens ou des associations, car l’État ne leur en fournit pas toujours. Ça se fait tous les jours par des associations qui n’ont jamais eu besoin de passer par un ministère », a-t-il affirmé.