Covid-19 : Boris Johnson, un cas inquiétant

Boris Johnson

Alors que plus de 68 000 personnes dans le monde ont perdu la vie des suites du Coronavirus, le cas du Premier ministre britannique, Boris Johnson, aussi atteint de Covid-19 inquiète plus d’un.

Le chef du gouvernement britannique, Boris Johnson, dont les symptômes perdurent dix jours après son test positif au Covid-19, devrait être placé en observation par mesure de précaution. Le Premier ministre devra subir des examens complémentaires, dans l’unique but de s’assurer que sa toux et fièvre ne sont pas accompagnées de symptômes plus graves de Covid-19.

Le 27 mars dernier, Boris Johnson annonçait : « J’ai développé des symptômes mineurs du Coronavirus ». A ce stade, rien ne semblait grave. Sauf que, une semaine après cette annonce, qui avait tout de même inquiété son entourage, les symptômes semblent perdurer. Suffisant pour que l’entourage médical du Premier ministre britannique décide de l’hospitaliser.

Ce qui a été fait ce dimanche 5 avril 2020 au soir. Pour le moment, relève The Guardian, Boris Johnson reste à la tête du gouvernement. Toutefois, précise le journal, si son état de santé arrivait à s’aggraver, le premier secrétaire d’Etat, Dominic Raab, qui est actuellement aux Affaires étrangères, se tient prêt pour assurer la relève.

Sous confinement, le Royaume-Uni a franchi la barre des 700 morts en une seule journée, notamment ce dimanche 5 avril 2020. Désormais, le pays compte 4 313 morts. Et le plus grave est la capitale britannique, Londres, est particulièrement touchée.

A noter que la Grande-Bretagne fait partie des pays Européens ayant contaminé l’Afrique. En effet, le premier patient décédé des suites du Coronavirus au Cap-Vert était un citoyen britannique, âgé de 62 ans, et qui séjournait sur l’île de Boa vista. De même, le premier cas de décès de Covid-19 annoncé au Nigeria concerne un homme de 67 ans, rentré au pays après avoir été hospitalisé en Grande-Bretagne.

A lire : Chloroquine et Covid-19, Didier Raoult confirmé aux USA : 0 décès sur 700 cas traités à 20 dollars (vidéo)