Coupe du monde 2010, le Maroc lance l’offensive

Pour la quatrième fois de suite la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a notifié à la Fédération Internationale de Football (Fifa) l’intention du Maroc de se porter candidat à l’organisation de la phase finale de la Coupe du monde. Avec l’Afrique du Sud, le Royaume Chérifien sont les deux prétendants sérieux à l’organisation de la coupe du monde 2010.

Le 23 octobre dernier, la Fifa avait annoncé le coup d’envoi de la procédure de candidature pour la Coupe du monde 2010, qui aura lieu pour la première fois en Afrique. Et depuis le début de cette semaine, le Maroc est candidat. Il est le premier pays à se signaler officiellement. Mohamed Moufid, secrétaire général de la FRFM depuis trois ans, et personnage important au sein du comité de candidature Maroc 2010, espère que cette quatrième tentative sera la bonne. Interview.

Afrik : Ne pensez-vous pas que c’est encore tôt pour officialiser une candidature à l’organisation de la Coupe du monde qui n’aura lieu que dans huit ans ?

Mohamed Moufid : Non, pas du tout et en plus ce n’est pas nous qui décidons. La Fifa a fait parvenir à toutes les fédérations nationales un échéancier pour cette compétition. Le Maroc n’a fait que se conformer aux dates qui nous ont été communiquées.

Afrik : Que prévoit cet échéancier ?

Mohamed Moufid : Les fédérations africaines ont jusqu’au 31 décembre 2002 pour faire part de leur déclaration d’intention. Après seulement, elles recevront le cahier des charges réactualisé et devront confirmer leur candidature par une déclaration d’engagement avant le 30 avril 2003, dernier délai.

Afrik : Après trois tentatives infructueuses, pourquoi avoir choisi de présenter à nouveau une candidature ?

Mohamed Moufid : Ne dit-on pas :  » jamais trois sans quatre  » ? Sérieusement, il n’y avait aucune raison pour que le Maroc ne présente pas une nouvelle candidature. D’abord l’organisation de la coupe du monde 2010 est dévolue à l’Afrique et par ailleurs nous avons une bonne expérience des tractations pour cet événement. Rassurez-vous nous avons pris bonne note de nos précédents échecs

Afrik : L’expérience est certes un facteur important, mais ce n’est pas une garantie de succès non plus…

Mohamed Moufid : Il n’y a pas que cette expérience que nous comptons mettre en jeu pour accueillir la coupe du monde 2010. Il y a le label Maroc aussi. Nous mettons en avant notre stabilité politique, l’attrait touristique du Maroc et sa position géographique par rapport à l’Europe, qui est le continent qui a le plus grand nombre de représentants à la phase finale.

Afrik : Qu’avez-vous appris concrètement de vos candidatures manquées de 1998, 2002 et 2006 ?

Mohamed Moufid : Nous avons été pénalisés par nos infrastructures encore embryonnaires. Si nous voulons gagner 2010, nous devons améliorer et augmenter nos infrastructures sportives, hôtelières et de communication.

Afrik : Quelle est la situation exacte du Maroc pour ce qui est des stades de football ?

Mohamed Moufid : Le cahier des charges de la Fifa impose dix stades. Pour l’heure, nous en avons cinq au Maroc aux normes Fifa. Les stades de Rabah, Casablanca, Fès, Mekhnès et Oujda. Trois autres stades (Tanger, Marrakech et Agadir) sont en chantier et nous prévoyons de construire les deux derniers à Nador et Settat.

Afrik : Quelle sera la politique du Maroc auprès des membres du comité exécutif de la Fifa, à qui revient la décision finale ?

Mohamed Moufid : Je ne peux vous le dire maintenant. Dans tous les cas, c’est une mission qui sera dévolue au comité de candidature 2010 que préside le Prince Moulay Rachid assisté de Driss Benhima (nouveau Walid de Casablanca).

Afrik : Tout à fait autre chose. Pensez-vous que Badou Zaki soit l’homme de la situation à la tête des Lions de l’Atlas ?

Mohamed Moufid : Je ne pense rien du tout. Ce qui est sûr par contre, c’est que son remplacement n’est pas officiellement à l’ordre du jour.