Coupe du monde 2006 : le Maroc ne se désistera pas

Rabat dément les déclarations du directeur de campagne sud-africain, selon lesquelles des tractations sur le retrait du Maroc auraient lieu actuellement.

La guerre des communiqués fait rage entre les comités d’organisation des deux candidats africains à la coupe du monde 2006, l’Afrique du sud et le Maroc.

Le directeur de campagne de l’Afrique du sud, Dany Jordan, a affirmé mercredi dans le Financial Times, que des contacts avaient été pris avec le Maroc en vue d’un éventuel désistement du royaume chérifien en sa faveur.

L’information a été reprise par le journal sud-africain, le Daily-Soccer, dans son édition d’aujourd’hui, précisant que le ministre des Sports de Pretoria, Ngconde Balfour allait rendre visite samedi aux officiels marocains afin de les convaincre de se retirer.

Les membres du Comité organisateur sud-africain auraient déjà convaincu le Brésil (l’un des autres candidats avec l’Angleterre et l’Allemagne) de se désister en échange d’un soutien de la patrie de Nelson Mandela pour la coupe du monde de 2010.

 » Hors de question. »

Les responsables du dossier de candidature marocain ont à l’évidence peu goûté les déclarations de Jordan, puisqu’ils y ont opposé un démenti formel : les Sud-africains « sont les bienvenus (…) mais il est hors de question d’obtenir un désistement marocain « , a averti le président délégué du Comité national, Driss Benhima.

Cette rivalité restreint les chances de l’Afrique d’abriter, pour la première fois dans l’Histoire, la plus prestigieuse compétition de football. Toutes les tentatives de conciliation dans l’espoir de présenter une double candidature unique ont échoué.

Notamment parce que celle-ci recueille le scepticisme de la Fédération internationale de football (FIFA) en raison de la distance entre les deux pays.