Coup de froid sur la canicule

Augmentation des ventes de climatiseurs et ventilateurs, production journalière d’énergie électrique en hausse… Au Maroc, la canicule dérègle le temps et l’économie depuis la mi-juillet. Et selon les prévisions météo, la situation pourrait durer.

Des pics de chaleur de 48 ou 50°. Le Maroc, comme ses voisins européens, n’échappe pas à la vague de chaleur qui sévit depuis une semaine. Des températures record ont été enregistrées dans les différentes provinces. Principal problème d’une telle canicule : le risque d’incendies (certains ont déjà eu lieu dans les régions d’Asilah et de Taza). Mais cette situation, heureusement exceptionnelle, engendre aussi diverses conséquences économiques.

Ainsi, l’augmentation de la consommation des pompages agricoles et l’utilisation massive des climatiseurs ont fait monter la production journalière d’énergie électrique. Celle-ci a enregistré des records la semaine dernière. Selon l’Office nationale de l’électricité (One), « la production journalière de vendredi dernier a atteint les 52,69 millions de KWh, soit une hausse de 16,2% par rapport au précédent record du 2 août 2002. Quant à la pointe du soir, elle a atteint, jeudi dernier à 20h40, les 402,970 MW, soit une hausse de 10,2% par rapport à celle du 1er août 2002 ». Voilà les chiffres qui ont marqué l’esprit des employés de l’One, qui certifient que ces extrêmes « n’affecteront en rien la capacité de production ». Ouf, les Marocains qui en ont les moyens pourront donc continuer à faire tourner leur clim’ à plein régime.

Le mercure monte, les ventes aussi

Car l’autre phénomène découlant directement de cette canicule est bien l’augmentation des ventes de ventilateurs et de climatiseurs, qui réjouit les vendeurs et importateurs spécialisés. Selon L’Economiste, « les estimations concordantes de plusieurs revendeurs de climatiseurs tournent autour d’une augmentation des ventes de près de 15% par rapport à la même période de l’année dernière ». Cette envolée a été relevée à partir du 20 juillet, date du début des grosses chaleurs, et concerne aussi bien les entreprises que les privés. « Nos ventes ont augmenté de 25 à 30% par rapport à l’été dernier », explique-t-on chez Afrique froid à Casablanca. « Sur l’année, cela ne représente pas un gros chiffre d’affaires en plus mais c’est toujours ça. Avec ces températures anormales, les gens se sont retrouvés coincés et ce sont surtout des privés qui ont cherché à s’équiper. Sinon, pour nous, cette période est plutôt synonyme de dérangements, de réparations et d’entretien ! »

La Direction de la météorologie nationale a indiqué lundi soir que le mercure avait sensiblement baissé en fin de semaine dernière mais elle a précisé que les températures devraient connaître à nouveau une hausse jeudi, notamment dans les régions internes du Royaume, à cause du « chergui » (phénomène de vents chauds). C’est le moment de faire des affaires.