Coup d’Etat au Lesotho : un ministre s’autoproclame chef du gouvernement

Après le coup d’Etat militaire qui a eu lieu samedi, le ministre de la Fonction publique du Lesotho Motloheloa Phooko, membre du parti LCD, s’est autoproclamé Premier ministre.

Le Lesotho, petit royaume enclavé dans l’Afrique du Sud, s’enfonce dans la crise. Après le coup d’Etat militaire de samedi, le ministre de la Fonction publique du Lesotho, Motloheloa Phooko, membre du parti LCD, a affirmé lundi être « le premier ministre en exercice », après la fuite du chef du gouvernement, Thomas Thabane, réfugié en Afrique du Sud.

Pour Motloheloa Phooko son auto proclamation en tant que Premier ministre est permise par le protocole qui lui octroie cette fonction en l’absence du Premier ministre et du vice-premier ministre, tous deux à Pretoria ce lundi.
Samedi des militaires ont pris le contrôle du quartier général de la police et brouillé les transmissions radio et téléphoniques, avait déclaré le ministre des Sports Thesele Maseribane.

Selon le ministre, « à 04H00 ce matin (02h00 GMT) ils ont circulé autour de la résidence du Premier ministre et de la mienne », a ajouté le ministre qui est aussi le chef du Basotho National Party, un des partis de la fragile coalition au pouvoir à Maseru. « Il y a eu des coups de feu entre 04H00 et 07H00 ou 08H00 ».