Coup d’Etat au Burkina : le CND accepte de libérer Michel Kafando

Dans un communiqué lu ce vendredi matin à la télévision nationale (RTB), le Conseil national de la démocratie (CND) a annoncé qu’il consentait à libérer le président de la transition Michel Kafando ainsi que ses ministres retenus en otage depuis le 16 septembre. En revanche, le nom du Premier ministre Isaac Zida n’est pas mentionné.

Nouvelle annonce du Conseil national de la démocratie (CND). Dans un communiqué lu ce vendredi matin à la télévision nationale, le CND a annoncé consentir à libérer le président de la transition Michel Kafando ainsi que ses ministres retenus en otages depuis le 16 septembre 2015 suite au coup d’Etat militaire. En revanche, ils n’ont à aucun moment mentionné le nom du Premier ministre Isaac Zida.

Le CND, dirigé par le général Diendéré, ex-chef du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), très proche de l’ancien Président Blaise Compaoré, a également affirmé être ouvert au dialogue. Le général Diendéré, qui a destitué vendredi le président de transition Michel Kafando et dissout le gouvernement avant d’affirmer prendre désormais les rênes du pays, a provoqué la crise politique actuelle du Burkina Faso à quelques semaines de l’élection présidentielle.

Un coup de force unanimement condamné à l’international. De leurs côté, le Chef de l’Etat du Sénégal Macky Sall, par ailleurs président en exercice de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) et son homologue béninois, Thomas Boni Yayi, ont décidé de se rendre, dès ce vendredi, au Burkina Faso pour assurer une médiation à la suite du coup d’Etat militaire de mercredi.

Selon Saliou Akadiri, chef de la diplomatie béninoise qui en a fait l’annonce à la télévision nationale, ce jeudi 17 septembre 2015, « l’objectif à cela est de parvenir à un retour à une vie constitutionnelle normale, à la libération du Président et du Premier ministre qui sont otages, et à la libération de tous les ministres ».