Coton : coup de gueule à Nairobi

En amont de la conférence ministérielle de l’OMC à Hong-Kong (13-18 décembre), les producteurs africains de coton se sont réunis pendant deux jours à Nairobi, au Kenya. Le vice-président kenyan a dénoncé l’initiative de l’OMC sur le coton qui « se distingue comme un exemple classique de la manière dont les subventions des pays développés sapent la croissance et le développement des économies pauvres ».

Le vice-président kenyan, Moody Awori, a encouragé les producteurs africains à s’opposer au projet de document de négociation sur l’Initiative sur le coton de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), en déclarant que ce document « laisse beaucoup à désirer en termes de préoccupations relatives au développement ». « Ces négociations représentent un enjeu important pour les pays africains qui doivent s’assurer que toutes les préoccupations relatives au développement, comme celles relatives au coton, soient considérées comme prioritaires », a déclaré M. Awori lors d’une réunion des producteurs africains organisée à Nairobi afin d’élaborer une politique de négociation commune sur le coton.

Les producteurs de coton des pays d’Afrique orientale, occidentale et australe ont convergé sur Nairobi pour assister à cette réunion de deux jours afin d’élaborer « un mandat de négociation clair » sur le coton en prévision de la Conférence ministérielle de l’OMC à Hong-Kong du 13 au 18 décembre.

Le prix du coton a chuté de 20%

Selon M. Awori, l’initiative sur le coton de l’OMC ne répond pas aux exigences de flexibilité ni aux orientations politiques nécessaires aux pays africains pour surmonter les difficultés structurelles. « L’initiative sur le coton se distingue comme un exemple classique de la manière dont les subventions des pays développés sapent la croissance et le développement des économies pauvres », a-t-il ajouté.

Les estimations de la Banque mondiale montrent que les subventions agricoles ont réduit le prix du coton sur les marchés mondiaux d’au moins 20%, ce qui a appauvri les producteurs
africains qui dépendent du coton comme leur principale source de revenus. Les producteurs de coton ouest-africains ont subi des pertes estimées à 250 millions de dollars US en raison des subventions énormes, qui se chiffrent actuellement à 4 milliards de dollars US par an, accordées aux seuls producteurs américains.

Contre les subventions agricoles occidentales

La conférence des producteurs de coton de Nairobi a été organisée pour rallier les soutiens contre les subventions agricoles accordées à leurs producteurs par les pays occidentaux durant les négociations de Hong-Kong. Des représentants des producteurs des pays africains et de leurs associations, des responsables gouvernementaux, des représentants des institutions de recherche et de la société civile ont participé à cette réunion pour discuter, partager leurs expériences et élaborer un protocole d’accord aux implications radicales pour le développement de l’agriculture africaine.

« Le traitement de la question du coton à Hong-Kong doit être considéré comme une épreuve de vérité pour déterminer à quel point les pays développés sont sérieux en ce qui concerne les
préoccupations majeures des pays pauvres », a souligné M. Awori. Il a déclaré que les partenaires au développement de l’Afrique doivent tenir leurs promesses et cesser de n’accorder qu’un intérêt de façade à la question du coton et aux préoccupations commerciales similaires, en se penchant sur cette question « de manière spécifique, ambitieuse et prompte ».