Côte d’Ivoire : vivre en France, construire là-bas

La BIAO-CI (banque internationale pour l’Afrique de l’ouest-Côte d’Ivoire), en partenariat avec la Banque d’Escompte de Paris, organise, pour la troisième année consécutive, le Salon Immobilier pour la Diaspora Ivoirienne. Une action évènementielle qui fait suite à un constat simple : une grande partie des investissements étrangers venant de la diaspora est consacrée au secteur de l’immobilier. Avant d’ouvrir ses portes les 29 et 30 mai 2010 à Paris, le Salon Immobilier (SIDI) a effectué une tournée dans trois ville de France : Marseille, Lyon et Toulouse.

Vivre en France, construire en Côte d’Ivoire. Tel est le slogan de la BIAO-CI (banque internationale pour l’Afrique de l’ouest-Côte d’Ivoire), banque ivoirienne de renom. Le Salon Immobilier de la diaspora Ivoirienne (SIDI) ouvrira ses portes les 29 et 30 mai à Paris après avoir traversé les villes de Marseille, Lyon et Toulouse, connues pour leur forte population ivoirienne. Une troisième édition qui devrait attirer encore plus de monde à une époque où la diaspora ivoirienne semble vouloir investir au pays. Résultat d’un partenariat entre la BIAO et la Banque d’Escompte de Paris, le SIDI a un but bien précis : servir de plateforme d’échanges entre les promoteurs immobiliers ivoiriens et la diaspora souhaitant acquérir un bien immobilier en Côte d’Ivoire en les réunissant sur un même site, l’Espace Paris-Est de Montreuil.

Instigatrice de cet évènement, la BIAO propose des offres de prêts immobiliers spécialement conçus pour les investisseurs potentiels. Cette banque, qui s’implante peu à peu dans l’Hexagone a ouvert, en octobre 2008, un bureau à Paris. Elle permet désormais aux Ivoiriens de France d’effectuer leurs opérations bancaires comme s’ils étaient en Côte d’Ivoire. « Ce bureau de représentation est un pont entre la diaspora et la Côte d’Ivoire », a expliqué Martin Djedjes, directeur général de la BIAO-Côte d’Ivoire, mercredi lors d’une conférence de presse. Faciliter les investissements en Côte d’Ivoire, en particulier dans le domaine de l’immobilier, renforcer son leadership dans le milieu bancaire ivoirien et apporter des solutions concrètes de bancassurance comprenant des produits d’assistance et d’obsèques, tels sont les objectifs de cette implantation définis par le conférencier. Une stratégie qui semble payante. « Malgré la crise, l’économie ivoirienne est debout. Les investisseurs continuent de venir au pays, on n’avait jamais vu ça en temps normal. Même les banques, jadis au nombre de 17 sont aujourd’hui passées à 23, et pourtant on dit que l’argent a peur du bruit », justifiait M. Djedjes, se voulant rassurant quant au climat économique et politique de la Côte d’Ivoire.

Lire aussi :

 Martin Djedjes : « La BIAO est la seule banque qui offre ce que nous proposons aujourd’hui à la diaspora ».