Côte d’Ivoire : violente attaque contre Ouattara

Le Président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, a fait l’objet d’une virulente attaque de la part d’un élu français, en rapport avec la Présidentielle en Côte d’Ivoire, prévue au mois d’octobre 2020.

Présidentielle anticipée de la Côte d’Ivoire en France. Tout porte à le croire, d’autant que les nerfs se chauffent déjà dans l’hexagone où le Président ivoirien, Alassane Ouattara, ne semble pas bien coté. Le député français au Parlement européen, Thierry Mariani, est d’avis que la Côte d’Ivoire ne tiendra pas une élection présidentielle sérieuse en cette année 2020, compte tenu de la situation politique dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Cette sortie du député fait suite à un message de Gérard Larcher, président du Sénat français, alors en séjour en Côte d’Ivoire.

Dans un tweet, Gérard Larcher, prenant part au premier forum du Sénat avec les collectivités territoriales, lundi 17 février à Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, se félicitait de sa rencontre avec les maires, les présidents de région et les sénateurs de Côte d’Ivoire. Un message du président du Sénat français qui a visiblement agacé Thierry Mariani, député français au Parlement européen, qui a répliqué par une violente charge à l’encontre du Président ivoirien, Alassane Ouattara.

« Mais quel dommage que vous n’ayez pas pu rencontrer les élus d’opposition, placés en détention arbitraire en violation de leur immunité parlementaire ! L’élection présidentielle qui se prépare en Côte d’Ivoire risque d’être une farce tant les droits de l’opposition sont bafoués ». C’est ce qu’a servi Thierry Mariani en commentaire. Ce qui représente un très gros pavé balancé dans le jardin du dirigeant ivoirien.

Cet incident intervient au moment où la Côte d’Ivoire s’apprête à aller vers des élections présidentielles en octobre prochain, alors que le Président ivoirien se dit convaincu que la nouvelle Constitution l’autorise à se présenter au scrutin prévu dans huit mois.