Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo tire à boulets rouges sur la CPI

Simone Gbagbo, Côte d'Ivoire
Simone Gbagbo, ancienne Première dame de Côte d'Ivoire

Simone Gbagbo saisit l’occasion d’une causerie-débat sur le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la CPI pour charger l’institution. L’ancienne Première dame de Côte d’Ivoire a dénoncé la procédure qui a conduit son époux devant cette juridiction ainsi que la manière dont le procès s’est déroulé.

La situation de divorce en instance avec son ancien mari de Président, Laurent Gbagbo, n’a pas empêché Simone Ehivet Gbagbo de se prononcer sur le passage de l’ex-dirigeant à la CPI. Elle a critiqué sévèrement cette institution ainsi que toute la procédure qui y a conduit son compagnon de lutte. C’est à l’occasion d’une causerie-débat organisée, ce jeudi 7 octobre 2021, par l’Observatoire ivoirien des droits de l’Homme (OIDH) autour du thème : « Procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la CPI : quelles leçons apprises et quelle trajectoire pour la réconciliation nationale ? ».

Avec plusieurs invités du landerneau politique ivoirien, l’ancienne Première dame a objectivé son opinion : « Le concept de la CPI, je suis dubitative et je pense que le procès que nous avons connu me donne raison », a-t-elle déclaré. Elle enchaîne : « Pour moi, rendre la justice, c’est appliquer les lois qui sont consensuelles. C’est tenir compte d’un environnement sociologique. C’est de mettre en action les hommes qui, non seulement connaissent le droit, mais qui connaissent le terrain, ont du courage et qui sont extrêmement intègres et ont le courage des décisions qui doivent être prises ». Toutes choses ayant manqué au procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, à l’en croire.

Puis elle poursuit son réquisitoire : « Ce qu’on a vu, ce sont les décisions prises avant que le procès ne commence. Disons, ce sont des décisions politiques auxquelles nous sommes habitués depuis la période coloniale… Sauf qu’en Côte d’Ivoire, le combat qui a été mené démontre que cette méthode peut échouer quand la population s’engage, soutient, combat, déclare, dénonce, c’est ce que nous avons compris. Heureusement, les juges ont fini par être habités par la sagesse et ont mis fin à ce procès. De mon point de vue, c’est un procès qui va entacher l’histoire de la communauté internationale ».

Si depuis quelques années, on savait que les relations n’étaient plus au beau fixe entre les époux Gbagbo, c’est avec le retour du Woody de Mama, en juin dernier, que le fossé qui les sépare s’est étalé au grand jour, avec la demande de divorce effectuée par l’ancien chef d’État.

A lire : Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo acquittée de crimes contre l’humanité