Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo acquittée de crimes contre l’humanité

Jugée depuis près de dix mois pour crime contre l’humanité lors de la crise post-électorale de 2010-2011, Simone Gbagbo a finalement été acquittée ce mardi par la Cour d’assises d’Abidjan.

La Cour d’assises d’Abidjan a acquitté de crimes contre l’humanité, ce mardi 28 mars 2017, l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo. Elle était jugée depuis près de dix mois pour crimes contre l’humanité lors de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a opposé son époux Laurent Gbagbo et l’actuel chef d’Etat Alassane Ouattara. Selon le juge Kouadjo Boiqui, président de la Cour d’assises, « le jury à la majorité déclare Simone Gbagbo non coupable des crimes qui lui sont reprochés, prononce son acquittement et ordonne qu’elle soit remise immédiatement en liberté si elle n’est retenue pour d’autres causes ».

Le procès de l’ex-première dame, reportée à plusieurs reprises, avait rouvert lundi au palais de justice d’Abidjan-Plateau. Le parquet, mené par le procureur Aly Yéo, avait pourtant requis une peine d’emprisonnement à vie pour l’ex-Première dame. « Messieurs les jurés, vous déclarerez Mme Gbagbo coupable de crime contre l’humanité et de crime de guerre et vous la condamnerez à l’emprisonnement à vie », avait déclaré le procureur à l’issue d’une heure de réquisitoire.

Simone Gbagbo, qui était déjà condamnée à 20 ans d’emprisonnement pour atteinte à la sûret de l’Etat, ainsi que ses avocats avaient décidé de boycotter le procès, jugeant que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour son bon déroulement. Pour le moment, l’ex-Première dame est poursuivie pour atteinte à la sûreté de l’Etat.

Suite à la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3 000 morts, les pro-Gbagbo dénoncent une justice « des vainqueurs », soulignant que seuls les partisans de l’ancien dirigeant ivoirien, emprisonné à la Cour pénale internationale (CPI), sont inquiétés par la justice ivoirienne.