Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo face à la justice

Le procès de Simone Gbagbo, ex-première dame de la Côte d’Ivoire, s’est ouvert, ce mardi à Odienné dans le nord-ouest du pays, devant le juge d’instruction Koné Mamadou. L’épouse de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo est accusée de génocide, d’atteinte à la sûreté de l’Etat et crimes économiques. Au total, huit dignitaires de l’ancien régime sont placés en détention depuis un an et demi.

Le rendez-vous de Simone Gbagbo avec la justice ivoirienne a débuté. Depuis mardi l’ex-première dame est auditionnée par le juge d’instruction Koné Mamadou à Odienné, dans le nord-ouest du pays. Plusieurs chefs d’accusations pèsent sur l’épouse de Laurent Gbagbo, l’ancien président de la Côte d’Ivoire, dont les principaux : génocide, atteinte à la sûreté de l’Etat et crimes économiques.

« La justice des vainqueurs » ?

Alassane Ouattara est le président de la Côte d’Ivoire depuis le 6 mai 2011. Son élection à la tête du pays a été contestée par les partisans de Laurent Gbagbo, le président sortant. Ce qui a donné lieu à une crise post-électorale entre novembre 2010 et avril 2011. A son arrivée au pouvoir, le nouveau président ivoirien avait promis que tous les responsables de crimes seraient traduits devant la justice. La justice ivoirienne, en coopération avec la police, s’est donc mise à poursuivre les anciens dignitaires et proches de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo. Ainsi, ces derniers ont-ils fait l’objet de plusieurs arrestations. Parmi eux, certains sont toujours placé en détention.

Les pro-Gbagbo, qui dénoncent une justice des vainqueurs, contestent le rapport d’enquête sur les violences post-électorales, publié le mercredi 8 août, les tenant pour responsables de la mort de 1 452 personnes contre 727 pour les pro-Ouattara.

Ces auditions effectuées auprès d’une vingtaine de proches de l’ex-président Laurent Gbagbo, ont débuté le 31 mai dernier. Quant à Simone Gbagbo, son procès débutera la semaine prochaine.