Côte d’Ivoire : reprise du dialogue politique en pointillée

Une délégation du Front populaire ivoirien (FPI), le principal parti d’opposition, a rencontré le gouvernement pour mettre en scène une reprise du dialogue.

Alors que la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidence du Front populaire ivoirien (FPI) vient tout juste d’être invalidée par la justice, l’actuel président du parti, Pascal Affi N’Guessan, a rencontré le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, ce lundi. Il s’agit de marquer la reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

« Les problèmes ne sont pas résolus »

Le candidat unique à sa succession s’affirme comme l’intermédiaire privilégié du gouvernement ivoirien. « Depuis mai 2014, nous ne nous sommes plus revus, or …les problèmes mêmes auxquels nous nous sommes attaqués depuis le démarrage du dialogue ne sont pas totalement résolus », a indiqué Pascal Affi N’Guessan à la presse.

Les questions restées en suspense concernent les problèmes « des prisonniers politiques, le problème du gel des comptes, le problème des exilés, le problème du financement des partis, la préparation des élections générales de 2015 ».

« Instrumentaliser le nom du Président Gbagbo »

La ligne politique de Pascal Affi N’Guessan semble l’emporter dans la bataille qui fait rage au sein du FPI et qui l’oppose aux partisans de Laurent Gbagbo exigeant avant toute négociation la libération de leur chef. « Certains camarades du parti ont voulu instrumentaliser le nom du Président Gbagbo qui, aujourd’hui, est en procès au niveau de la Cour pénale internationale (CPI), qui a donc de grandes préoccupations, qui n’a pas donc besoin d’être impliqué dans nos querelles internes, dans nos débats à l’intérieur du FPI », avait déclaré l’actuel président au sujet de l’invalidation de la candidature du prisonnier de La Haye.

« Nous allons nous rencontrer en début d’année pour apporter des solutions concrètes sur les différentes préoccupations qui ont été posées par le FPI », a conclu le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, à l’issue de la rencontre.