Côte d’Ivoire : nouvelle attaque sanglante des « microbes » à Yopougon

En Côte d’Ivoire, la bande armée des « microbes » a une nouvelle fois frappé, à Yopougon, faisant une dizaine de blessés à l’arme blanche.

Les habitants de Yopougon, commune de la Côte d’Ivoire, continuent de vivre leur cauchemar. La raison : la bande armée des « microbes » a encore frappé, ce mardi 28 juin 2016, très tôt le matin. En effet, vers 4 heures du matin, des citoyens qui vaquaient à leurs occupations quotidiennes au quartier Port Bouët 2, ont fait les frais de cette bande criminelle.

Selon Koaci qui a relayé l’information, c’est en tout une dizaine de blessés qui ont été recensés. Les agresseurs s’en prenaient à leurs victimes, une fois tombées dans un guet-apens. Le site ajoute que les personnes qui tentaient de regagner leurs lieux de travail ont ainsi été dépouillées de tous leurs biens, notamment argent, téléphones portables. Les agresseurs ne se sont pas arrêtés là, puisqu’ils ont asséné à leurs victimes des coups de machettes à la tête où au pied.

Même les fidèles, qui se rendaient à la prière de l’aube en ces temps de ramadan, n’ont pas été épargnés. Ils ont en effet été pourchassés par les bandits, qui les ont détroussés et agressé à la machette. Les blessés graves ont été acheminés vers les centres de secours. Les criminels n’ont point été inquiétés par les forces de sécurités arrivés sur les lieux bien après les faits.

Lla dernière attaque en date des « microbes » remonte à la nuit de dimanche à lundi 30 mai 2016, lorsque la bande armée a blessé des clients dans un bar, dont plusieurs grièvement. Les auteurs ont pris la fuite après les faits. Les témoins avaient indiqué que l’attaque a eu lieu aux environs de 2 heures du matin. Au moins quatre jeunes armés de machettes, de gourdins et de sabres s’en étaient pris violemment aux clients d’un bar au niveau du quartier La Madonne.

Les brigands qui ont fait irruption dans cet endroit auraient d’abord jeté leur dévolu sur un gérant de cabine téléphonique en face du bar. Ils auraient sauvagement tailladé le gérant qu’ils ont laissé pour mort, avant de s’attaquer à d’autres personnes.