Côte d’Ivoire : le FPI de Gbagbo ignore les victimes et accuse Ouattara

Le parti de Laurent Gbagbo a rejeté officiellement, ce lundi, l’appel du Président Alassane Ouattara au « regret ». Les proches de Gbagbo conditionnent par ailleurs le retour à des négociations avec le gouvernement au pouvoir.

Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, avait demandé, le 8 juillet dernier, au parti de l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo, de demander pardon pour la crise post-électorale 2010-2011. Cette demande a été refusée par le FPI. Cette dernière ne compte pas rentrer en négociations avec le gouvernement au pouvoir s’il n’accepte pas leurs conditions.

Négociations sous conditions

Afin de tenter de nouvelles négociations avec le parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien pose ses conditions. En effet, le FPI exige « la libération immédiate » du secrétaire nationale de la Jeunesse du parti Justin Koua, arrêté depuis juin, ainsi que l’arrêt de toute forme de violence à l’encontre de personnalités de l’opposition. Le FPI souhaite également la mise en œuvre des points d’accord qu’il avait obtenus depuis le début des négociations. Ces points d’accord comprennent le paiement des arriérés du financement des partis politiques et le dégel des avoirs des membres du parti. Si toutes ces conditions sont réunies, le FPI se dit prêt à négocier à nouveau avec le gouvernement au pouvoir. Le dialogue entre le gouvernement et le parti de l’opposition demeure actuellement sans issue.

Pas de pardon du FPI envers les victimes

L’ex-parti au pouvoir se refuse de demander pardon aux victimes de la crise post-électorale. Non seulement, l’ex-parti au pouvoir ne compte pas s’excuser mais accuse Alassane Ouattara d’être l’instigateur des violences sur la scène politique dans le pays. Pour le FPI, Alassane Ouattara serait l’auteur de la rébellion en septembre 2002 qui a conduit à la scission du pays en deux. De son côté, Alassane Ouattara a réfuté cette accusation. Par ailleurs, le FPI s’insurge contre la décision de la justice ivoirienne qui renvoie devant la Cour d’assises, 84 personnalités ou proches du régime déchu, dont Simone Gbagbo, pour leur implication présumée dans la crise de 2010-2011. Pour le FPI, la justice privilégie les vainqueurs car, selon eux, aucune personnalité issue du parti d’Alassane Ouattara n’est sous le coup d’une condamnation pour les crimes durant la crise meurtrière de 2010-2011 qui a fait 3.000 morts.

Depuis plusieurs semaines, le parti au pouvoir et le principal parti de l’opposition tentent de négocier, en vain. Le parti d’Alassane Ouattara appelle même à la dissolution du parti de l’ex-Président ivoirien.