Côte d’Ivoire : investi candidat du PDCI, Bédié met la pression sur Ouattara

Henri Konan Bédié, ancien Président de la Côte d'Ivoire

En annonçant qu’il serait candidat à l’investiture de son parti pour l’élection présidentielle du 31 octobre prochain, l’ancien Président ivoirien, Henri Konan Bédié, met le chef de l’Etat Alassane Ouattara dans une position peu confortable.

A 85 ans, l’ancien Président de la Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié, a annoncé qu’il serait candidat à l’investiture de son parti pour l’élection présidentielle du 31 octobre prochain. C’est ce samedi 20 juin 2020, dans une déclaration devant des responsables de son parti, le PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire), que le patron de la principale formation de l’opposition a fait cette annonce.

Demandant aux responsables de son parti de mobiliser les militants pour lui assurer une victoire éclatante lors de la convention d’investiture prévue le 26 juillet, Henri Konan Bédié met fin au suspense et dit répondre à un appel des responsables du parti, qui lui demandent de faire acte de candidature à la convention de désignation du candidat. Cette sortie intervient au moment où le Président Ouattara a annoncé son retrait de la course à la Présidentielle.

En effet, le jeudi 5 mars dernier, le Président Alassane Ouattara avait, devant les parlementaires, officiellement annoncé qu’il ne sera pas candidat à la Présidentielle du 31 octobre prochain. Cette déclaration mettait ainsi fin aux différentes spéculations sur ses intentions au prochain scrutin présidentiel. Surtout que le dirigeant avait affirmé, à plusieurs occasions, avant la révision constitutionnelle de 2016, qu’il ne se présenterait plus aux élections.

Seulement, quelques mois avant cette déclaration de retrait, le Président Ouattara, qui avait émis son vœu pieux de passer le témoin à la jeune génération, avait apposé une conditionnalité à sa non-candidature : si les anciens ne se présentent pas au scrutin. Et là, c’est un ancien qui vient d’annoncer sa candidature, en la personne de Bédié. Que va faire Ouattara ? Wait and see !