Côte d’Ivoire : Il faut déjouer la tentative de spoliation des victimes du déversement de déchets toxiques

« Il faut bloquer une tentative de spoliation qui pourrait priver de 45 millions de dollars d’indemnisation les victimes du déversement de déchets toxiques de l’entreprise Trafigura », écrit Amnesty International dans une lettre ouverte ce vendredi 18 décembre.

Une organisation portant le nom de Coordination nationale des victimes de déchets toxiques de Côte d’Ivoire (CNVDT-CI) prétend abusivement représenter 30 000 demandeurs d’une action contre Trafigura intentée devant la justice britannique. Cette organisation a demandé que les 45 millions de dollars d’indemnisation dus à ces victimes soient transférés sur son compte bancaire.

Vendredi 18 décembre, la CNVDT-CI va interjeter appel d’une décision de justice ivoirienne qui a empêché le transfert sur son compte bancaire des 45 millions de dollars d’indemnisation prévus par l’accord conclu au Royaume-Uni.

Dans sa lettre ouverte au ministre de la Justice Mamadou Koné, Amnesty International écrit qu’il n’existe aucun élément attestant que la CNVDT-CI représente les 30 000 victimes, et elle évoque une « tentative flagrante de détournement de fonds ».

« Il s’agit d’une tentative flagrante de spoliation des victimes du scandale de déversement de déchets toxiques », a déclaré Widney Brown, directrice générale chargée du droit international et de la stratégie politique à Amnesty International. « Ces personnes ont suffisamment souffert, les autorités ivoiriennes doivent faire le nécessaire pour que la justice soit rendue et que les demandeurs reçoivent l’argent qui leur est dû. »

Les 45 millions de dollars d’indemnisation sont actuellement sous séquestre et les victimes n’ont toujours pas reçu leur argent.

Complément d’information

En août 2006, des déchets toxiques ont été acheminés jusqu’à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à bord du Probo Koala, navire affrété par l’entreprise de courtage pétrolier Trafigura.

Ces déchets ont ensuite été rejetés en divers lieux de l’agglomération d’Abidjan, provoquant une tragédie en termes de droits humains. Plus de 100 000 personnes ont consulté des médecins en raison de différents problèmes de santé, et des informations ont fait état du décès de 15 personnes à la suite de ces faits.

Le 23 septembre 2009, la Haute Cour d’Angleterre et du Pays de Galles a approuvé un accord de règlement de 45 millions de dollars entre la société Trafigura et près de 30 000 victimes du déversement de déchets toxiques qui avaient intenté une action devant la justice britannique.

Note aux rédacteurs

La campagne d’Amnesty International « Exigeons la dignité » vise à mettre fin aux violations des droits humains qui génèrent et aggravent la pauvreté dans le monde. Elle mobilise des sympathisants dans le monde entier pour demander que les gouvernements, les grandes entreprises et les détenteurs du pouvoir écoutent la voix de ceux qui vivent dans la pauvreté et reconnaissent leurs droits pour mieux les protéger.

Pour plus d’informations : Amnesty

Amnesty International France

Service presse – Aurélie Chatelard / Laure Delattre 01 53 38 65 77 – 65 41 / 06 76 94 37 05

Créée en 1961, Amnesty International (AI) est une association indépendante de toute tendance politique, de tout intérêt économique ou croyance religieuse qui s’appuie sur un réseau de plus de 2,7 millions de membres et sympathisants afin de défendre et de promouvoir les droits humains dans le monde. Amnesty International a reçu le Prix Nobel de la paix en 1977. Amnesty International France (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose essentiellement sur la générosité du public (plus de 220 000 donateurs actifs), de ses ventes de produits de soutien et des cotisations de ses membres (près de 20 000). AIF fait partie du Comité de la Charte qui garantit la rigueur de sa gestion et la transparence de sa communication avec ses donateurs.