Côte d’Ivoire : identification des armes et lutte contre la prolifération illégale

A l’initiative de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre (ComNat-ALPC), mardi à Abidjan, les Forces nationales de sécurité et de défense ivoiriennes ont commencé le marquage et l’enregistrement de leurs armes. En présence des autorités militaires ivoiriennes et des représentants des structures partenaires dont l’ONU, la cérémonie de remise de kits de marquage s’est déroulée à l’état-major général de l’armée. La gestion des stocks d’armes des bases militaires constitue un enjeu majeur pour la Côte d’Ivoire, d’après le président de la ComNat ALPC, le général Désiré Adjoussou. « Les récents événements violents ont mis en exergue la problématique de la circulation des armes légères », a déclaré le général Adjoussou, déplorant le fait que des stocks d’armes emportés aient alimenté le circuit illégal. « Il est impératif pour la Côte d’Ivoire de garantir la sécurité des stocks d’armes et de munitions », a-t-il également souligné. Dans le cadre de l’opération, plusieurs militaires, gendarmes et policiers devraient être formés aux techniques de gestion et de sécurisation des munitions et explosifs.