Côte d’Ivoire/Election présidentielle : faible participation en perspective

Les Ivoiriens inscrits sur la liste électorale avaient jusqu’à ce mercredi pour aller retirer leur carte d’électeur. Les différents partis, notamment le RHDP, la coalition qui soutient la candidature du Président sortant, Alassane Ouattara, ont battu le pavé, ce mercredi, pour tenter une dernière fois de convaincre le plus de personnes de retirer leur carte pour aller voter lors du scrutin de dimanche.

De notre envoyé spécial à Abidjan,

Abdoul Franck Sarr est membre du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Ancien habitant du quartier d’Adjamé dans la zone appelée 220 logements à Abidjan, majoritairement favorable au Président sortant, Alassane Ouattara, il a été chargé par certains cadres de la coalition de mobiliser les jeunes de ce quartier en faveur de la candidature de son champion. Les Ivoiriens avaient jusqu’à ce mercredi pour aller retirer leur carte d’électeur en vue du scrutin de dimanche.

« Les gens ont peur de voter »

« Il faut se manifester dans les urnes », affirme-t-il, quelques minutes avant d’aller effectuer les derniers porte-à-porte pour convaincre les indécis et informer la population du quartier qui avait jusqu’à 17 heures pour effectuer ce retrait. Initialement fixée du 7 au 17 octobre, la distribution avait été prorogée jusqu’à ce mercredi, à cause du faible taux de retrait. Alors que certains médias locaux ont annoncé un taux de 9% au 17 octobre dernier, Abdoul l’estime autour de 45% dans les zones qu’il a sillonné. Depuis, beaucoup auraient répondu aux appels à retrait des différents partis.

« Les gens n’ont pas le temps pour aller chercher leur carte d’électeur et ils n’ont pas la tête à la politique, explique-t-il, ils ont peur de voter et de tomber dans les problèmes de 2010 », en référence à la crise post-électorale qui avait éclaté, la même année, à la suite de la dernière élection présidentielle. « On essaie quand-même de sensibiliser », ajoute Abdoul.

Appels au boycott

Près de 6 300 000 Ivoiriens sont inscrits sur la nouvelle liste électorale. Ce mercredi, Abou Drahamane Sangaré, le chef de file des « Gbagbo ou rien » du FPI, a de nouveau appelé à un boycott du vote de dimanche prochain. Opposé au leadership du candidat à la Présidentielle de la branche officielle du FPI, Pascal Affi N’Guessan, il représente une frange encore importante de la population.

Lire sur le sujet: Côte d’Ivoire : qui est Abou Drahamane Sangaré, ce « gardien du temple » ?

Le chef du Lider, Mamadou Koulibaly, et Essy Amara ont tout deux effectué le même appel. Ce candidat indépendant, membre du PDCI, a indiqué, ce mercredi, que le taux de retrait des cartes d’électeurs était « moins de 30% ».

L’opposition ivoirienne veut inciter la population de Côte d’Ivoire à ne pas cautionner ce qu’elle estime être une « mascarade électorale ». Les conditions pour l’organisation d’un scrutin « juste et équitable » ne sont pas réunies selon les opposants, en raison notamment de la composition de la Commission électorale indépendante (CEI) acquise au chef de l’Etat et des violations affirmées du code électoral par Alassane Ouattara. L’organisation, par Mamadou Koulibaly, d’une marche de soutien à ce boycott dans les rues d’Abidjan, prévue ce jeudi, a été interdite mercredi, en fin de journée, par la préfecture de police d’Abidjan.