Côte d’Ivoire, Différend avec Alassane Ouattara : Guillaume Soro, une démission en question

Guillaume Soro.

En Côte d’Ivoire, Guillaume Soro semble avoir consommé une rupture avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara, pour avoir été le grand absent du congrès de lancement du RHDP, le nouveau parti unifié. Si les pro-Ouattara militent pour la démission annoncée du président de l’Assemblée nationale, Soro s’emmure dans un mutisme qui voile ses vraies intentions.

Le camp du Président Alassane Ouattara est décidé : il faut pousser Guillaume Soro à la démission de son poste de président de l’Assemblée nationale. D’ailleurs, pour rassurer ses collaborateurs et autres partisans, Alassane a annoncé le départ de Soro au mois de février prochain. Ce qui reste à prouver, compte tenu de l’attitude du patron du perchoir ivoirien. Toujours vice-président du RDR, l’ancien parti d’Alassane Ouattara, Guillaume Soro a catégoriquement refusé de porter les couleurs de la nouvelle coalition présidentielle, agaçant de fait des proches du chef de l’Etat ivoirien qui n’ont pas hésité à exiger à Soro un « choix politique clair ».

Après son absence du congrès de lancement du RHDP, la presse ivoirienne s’est empressée d’annoncer que Guillaume Soro se porte candidat à la Présidentielle sous ses propres couleurs. Ce qui était une fausse alerte pour un président de l’Assemblée nationale que l’on dit sur le départ après avoir refusé de prendre la couleur du RHDP d’Alassane Ouattara. Guillaume Soro, qui s’est rendu aux Etats-Unis, le vendredi 25 janvier dernier, à la veille du Congrès constitutif du RHDP unifié, avait déjà émis de sérieuses réserves sur la mise en place de cette plateforme politique.

L’annonce de sa démission du perchoir par Ouattara, lors de la cérémonie de présentation de vœux de nouvel An de la presse au Président de la République, lundi dernier, en ces termes « Soro Guillaume démissionnera en février, c’est entendu, c’est réglé », même si elle semble mettre fin à toutes les supputations, ouvre la voie à nombre de questions, dont la plus lancinante est celle de savoir si Guillaume Soro va effectivement rendre sa démission au mois de février, comme annoncé à grands fracas. Surtout que la presse ivoirienne évoque un vida long séjour dans la poche de Soro, qui aurait pris contact avec l’Université de Harvard en vue de préparer un Doctorat en Finance. Mieux, les journaux indiquent que « Soro Kigbafori Guillaume s’est rendu en France », et qu’il « pourrait y prolonger son séjour jusqu’au 13 mars prochain ».

Si Guillaume Soro, bien installé au beau milieu de l’échiquier politique ivoirien, du fait qu’il représente désormais un personnage incontournable pour l’échéance électorale à venir,   reporte son retour en Côte d’Ivoire jusqu’en mars 2019, ce serait, soulignent les journaux, une façon de jeter le discrédit sur le chef de l’Etat ivoirien.