Côte d’Ivoire : Abidjan, capitale du rire

L’humoriste Yass, qui a monté le premier Festival international du rire de Dakar, les Doff du rire, en novembre 2011, exporte l’événement à Abidjan, du 7 au 10 mai. Sur scène : cinq comiques aux parcours et aux personnalités métissés. A ne pas manquer !

Yass, c’est un sketch à lui tout seul : il respire l’humour par tous les pores. Il raconte sa vie avec une gouaille mi-orientale, mi-africaine irrésistible, il a le sens des formules chocs et l’envie de dérider tous ceux qui croisent son chemin. Lui, le gamin de Dakar, qui a grandi au Sénégal au sein d’une famille libanaise et a fait ses études à Paris, a décidé de quitter la Côte d’Ivoire et son job confortable pour monter un one-man-show à Paris. Il a tourné pendant plusieurs années, du Palais des Glaces aux salles de provinces, de Dakar à Beyrouth en passant par Casablanca ou Niamey.

A Dakar, pour les Doff du rire (« les fous du rire »), il a recruté quatre autres larrons. « Le Marocain D’jal, je l’avais vu jouer à Paris et nous avons fait le Festival du rire de Casablanca ensemble en 2011, il s’est imposé comme une évidence. Le Franco-Camerounais Saïdou Abatcha, c’est un hasard. J’ai vu une de ses vidéos sur Internet et j’étais plié de rire. Quand je l’ai contacté, il était hyper enthousiaste, trouvant que les Africains ne jouaient pas assez sur le continent. Puis Antoinette Orgé-Collin, la chargée de direction du Point-Virgule, à Paris, m’a demandé de venir voir sur scène Christophe Guybet et le Camerounais Donal Jacks’man. Deux coups de cœur. Elle savait que je voulais des bons sur scène qui ne soient pas des cons dans la vie ». Car Yass reçoit ses comédiens comme des frères, en famille. « Quand ils sont venus à Dakar, ils ont capté ma façon de les réunir et de créer cet événement. Personne n’a eu la grosse tête. Ils ont été à la hauteur de l’implication, des sentiments… et ont tous dit banco pour Abidjan ».

L’envie de jouer en Afrique

Si le public dakarois a été séduit (trois soirs à guichet fermé), c’est notamment grâce à la pluralité des thèmes abordés par les comédiens. De la discrimination raciale dans le cinéma occidental, à la vie de couple, en passant par la double culture…. « D’jal va épingler à fond les Français et, la minute d’après, les Arabes en prennent pour leur grade ! Saïdou, c’est un conteur, un hâbleur, il distribue les points entre femmes et hommes…. Ce que j’aime, c’est qu’il n’y en a pas un qui ressemble à l’autre. Et ils m’ont tous dit qu’ils avaient hâte de revenir jouer en Afrique ».

Quid du public ? « J’ai plus le trac de jouer à Abidjan. Dakar, c’est mon fief, ma ville, il y a une vraie histoire d’amour entre le public et moi. Les Sénégalais, je les mets dans ma poche ! Ici, j’ai hâte de voir ce que ça va donner ». Pour le festival, Yass a écrit des sketches inédits et ajuste aussi les vannes au pays. Il a notamment écrit une capsule autour d’Assinie, le repaire de la jet-set abidjanaise. « Ce festival, je l’ai monté d’abord parce que j’ai participé un jour à un événement de ce genre, dont je garde un mauvais souvenir sur le plan humain et je me suis dit que je pouvais faire mieux. Ensuite, c’est une façon de continuer à vivre ma passion et de la partager avec d’autres. C’est un rêve ! »

L’objectif à moyen terme est de trouver les financements pour aller jouer dans les quartiers populaires, que ce soit à Dakar ou Abidjan. « J’espère qu’un sponsor pourra nous aider sur ce plan-là. A Abidjan, l’entreprise CFAO a privatisé deux soirées et pense que ce spectacle peut jouer un rôle dans la réconciliation nationale, c’est encourageant ». Les Doff du rire voyageront ensuite à Beyrouth, au Liban, en juillet prochain, avant la saison 2 à Dakar et Abidjan. « Un des plus beaux compliments qu’on m’ait fait, c’était de trouver le spectacle trop court… alors qu’il dure deux heures ! » Oui, mais avec Yass et sa bande, le temps passe certainement plus vite. Et il est bien plus drôle.

Yass et les Doff du rire à Abidjan

Du 7 au 10 mai 2012 au Cinéma du Prima

Billets en vente au Prima (Cybertoys) et Médiastore

+225 67 62 62 66