Côte d’Ivoire : 48 ans d’indépendance et les infrastructures posent problème

Cela fait 48 ans que la Côte d’Ivoire a pris son indépendance. Les Ivoiriens ont célébré cet anniversaire avec beaucoup d’espoir le 7 août, à l’approche des élections du 30 novemvre prochain. L’occasion de faire des bilans et de se rendre compte que les infrastructures sont délaissées.

Le président ivoirien Laurent Gbagbo a insisté à l’occasion du 48e anniversaire de l’indépendance, célébré le 7 août dernier, la date fatidique du 30 novembre. La Côte d’Ivoire devrait connaître ce jour-là ses premières éléctions présidentielles depuis le début de la crise en 2002. Le chef de l’Etat a invité toutes les parties impliquées à mettre tout en oeuvre pour respecter cette échéance, la preuve que « la guerre est vraiment finie », comme l’a annoncé Laurent Gbagbo aux ivoiriens. Un impératif au moment où la Terre d’Eburnie réclame un renouveau, notamment dans le développement de ses infrastructures.

Reprendre les célébrations tournantes pour développer les infrastructures

Quoi qu’il ait pris un envol fulgurant qui a fait de lui une référence dans la sous région ouest-africaine, 48 ans après s’être affranchie, le nouvel Etat de Côte d’Ivoire semble patauger dans la pauvreté et les maux communs à tous les Etats d’Afrique noire. Les infrastructures sont devenues presque inexistantes du fait de l’état de dégradation avancée dans lequel elles sont. Selon Sam Etiassé, préfet de la ville d’Abidjan, les célébrations tournantes de la fête nationale devrait être remises à l’ordre du jour. Instaurées après août 1960 par le premier président de la République indépendante de Côte d’Ivoire, Félix Houphouët Boigny, elles avaient pour objectif de développer le pays en instituant chaque année, le jour de la fête nationale, une visite dans chaque ville du territoire ivoirien. Ce rendez-vous permettait de construire dans ces villes, des écoles, des hôpitaux, des aires de jeu, etc. Ces fêtes tournantes se sont brusquement arrêtées après l’étape de Katiola en 1979, dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Le Préfet d’Abidjan a regretté l’abandon de cette politique de développement des infrastructures qui faisaient la fierté de la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui en ruines, elles souffrent du poids du temps mais surtout d’un manque d’entretien notoire. A commencer par la ville de Grand Bassam, première capitale de la Côte d’Ivoire. Elle a vu en 1893 l’arrivée des premiers colons. Aujourd’hui la cité balnéaire n’a plus que des souvenirs que portent ses grands bâtiments blancs, legs de la colonisation. L’Hôtel Ivoire, en pleine réfection, même le Palais Présidentiel, les tours administratives du plateau, les deux ponts (Houphouët-Boigny et De Gaulle) qui relient les deux façades de la lagune Ebrié dans la capitale Abidjan, portent tristement les marques du temps.