Corruption à l’IAAF : le Sénégalais Lamine Diack face au juge français, ce lundi

Lamine Diack, ancien président de l'IAAF

C’est ce lundi 13 janvier 2020 que le Sénégalais Lamine Diack comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris, après avoir régné durant 16 ans à la tête de l’athlétisme mondial, la fédération internationale (IAAF). Il encourt 10 ans de prison s’il est reconnu coupable des faits de corruption à lui reprochés.

Le premier président non-européen de la Fédération internationale d’athlétisme, Lamie Diack, considéré comme l’un des acteurs clés d’un système de corruption visant à couvrir des cas de dopage en Russie, est poursuivi pour corruption active et passive, abus de confiance et blanchiment en bande organisée. Mis en examen pour corruption passive dans l’enquête sur l’attribution des Jeux olympiques de Rio (2016), de Tokyo (2020) et des Mondiaux d’athlétisme 2017, il est au banc des accusés, en même temps que son fils Papa Massata Diack. Son procès s’ouvre ce lundi 13 janvier en France.

Aujourd’hui âgé de 86 ans, ce sauteur en longueur sous le maillot de l’équipe de France, l’ancien président du Comité national olympique sénégalais, vice-président de la Fédération internationale d’athlétisme puis patron de l’instance par acclamations, en décembre 1999, à la mort de l’Italien Primo Nebiolo, Lamine Diack a été éclaboussé à la fin de ses quatre mandats par des soupçons de corruption avec comme pièce-clé, son fis Papa Massata, réfugié à Dakar. Ce dernier, est lui aussi jugé à Paris pour corruption et blanchiment en bande organisée.

Lamine Diack sera donc, par ailleurs, jugé pour avoir permis à son fils de manipuler d’importantes sommes d’argent dans les négociations avec les sponsors, soit comme intermédiaire, soit en empochant des commissions exorbitantes. L’IAAF, présidée par Sebastian Coe, réclame 24,6 millions d’euros de dommages et intérêts, sur un préjudice total estimé à 41 millions d’euros.

Le procès, qui démarre ce lundi 13 janvier 2020 à 13h30 est attendu pour être parsemé de rebondissements, avec notamment les avocats du Sénégalais qui promettent de faire des révélations fracassantes. Les conseils William Bourdon et Simon Ndiaye comptent plaider la relaxe pure et simple de leur client qui est interdit de sortie du territoire français. Qu’en sera-t-il ? Affaire à suivre au cours de ce marathon judiciaire, qui est prévu pour durer 10 jours.