Corruption à l’IAAF : l’étau se resserre autour de Diack-fils, pression chez Mohammed VI à Rabat ?

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Alors que l’étau se resserre autour de Papa Massata Diack, supposé artisan du scandale de l’IAAF, le pression monte au Maroc où la nièce de Mohammed VI a été citée dans cette nébuleuse.

Le procès Lamine Diack, ancien patron de l’Athlétisme mondial, s’est poursuivi lundi 15 juin. Interrogé dans le fond du dossier par la juge de la 32e chambre correctionnelle de Paris, l’ancien président de la Fédération Internationale d’Athlétisme s’est emmêlé les pinceaux. Pointant un doigt accusateur sur son « voyou » de fils, Papa Massata Diack, l’ex-patron de l’IAAF n’a pu justifier les 600 mille euros à lui versés par son fils, en quatre ans.

Papa Massata Diack, patron de Pamodzi, spécialisé dans le marketing et le consulting, est considéré aujourd’hui comme le cerveau de ce scandale de dopage, abus de confiance, dans lequel l’IAAF est empêtrée. Il est accusé d’avoir soutiré des sommes colossales, de l’ordre de plusieurs millions d’euros, à des Suisses, moyennant ses services qui devaient consister à étouffer ou ralentir l’ébruitement d’une affaire de dopage d’athlètes suisses. Pourtant, Diack-fils était gracieusement payé par l’IAAF : de l’ordre de 1 200 euros par jour.

Absent le plus présent au procès de Paris, Papa Massata Diack se la coule douce au Sénégal. Pas pour longtemps, peut-être. A en croire le ministre sénégalais de la Justice, me Malick Sall, « il n’est pas exclu que Papa Massata Diack soit jugé au Sénégal dans le cadre de l’affaire de l’IAAF ». Des déclarations faites ce week-end et qui viennent troubler la quiétude de Diack-fils. Il n’y a toutefois pas que Diack-fils qui est inquiété dans cette sortie du ministre sénégalais.

En effet, ailleurs au Maroc, le palais de Mohammed VI a, sans nul doute, vécu le séisme qui se joue à Paris et qui pourrait jouer les prolongations à Dakar. En justifiant devant le juge la provenance des sommes amassées, la stratégie mise en place pour empocher ces montants colossaux, Papa Massata Diack évoquera, incontestablement, la destination d’une partie de ces sommes. Lesquelles sommes ont en partie servi à gâter une nièce du roi Mohammed VI, qui pourrait être Lalla Soukaina, avec une belle Cartier.

Dieu sait que ce n’est pas le meilleur moment, car on a appris que le souverain vient de se faire opérer u cœur dans son palais de Rabat où il suit actuellement sa convalescence.