Corruption à l’IAAF, Diack-fils : « Prêt à répondre devant toutes les justices, sauf la justice française »

Papa Massata Diack

Ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme, le Sénégalais Lamine Diack est en procès pour corruption. Son fils, Massata Diack, accusé d’en être complice, accuse l’actuel président de ladite fédération.

« Jusqu’à l’extinction du soleil, comme je ne cesse de le répéter, aucune trace de corruption ne sera jamais prouvée contre moi, dans cette affaire de corruption à l’IAAF. Je ne me reproche absolument rien. Et mon honneur est sauf. La justice française a montré, dans cette affaire, qu’elle n’était pas impartiale. Pourquoi, dès lors, devrais-je répondre devant sa justice ? Je suis prêt à répondre devant toutes les justices : sénégalaise, de Monaco voire devant la justice russe. Mais jamais devant la justice française », a dit le fils de l’ancien président de l’IAAF, Massata Diack.

Ce dernier, invité de l’émission le Jury du dimanche de I-radio, dimanche 9 août 2020 entre 11 et 12 heures, n’épargne pas, dans ses accusations, le successeur de son père à la tête de la fédération internationale d’athlétisme. « Quand j’entends Sébastien Coe dire qu’il n’a pas été au courant, alors que l’information est partie de la presse anglaise, je dis que c’est la preuve de la trahison contre mon père », s’indigne Massata Diack. Qui insinue que la presse anglaise serait instrumentalisée, voire corrompue, pour porter le combat de Sébastien Coe.

Aussi, Massata Diack dit n’avoir aucun problème avec son père. Il balaie ainsi les allégations faisant état de relations qui seraient devenues très tendues avec son père. Pour terminer, l’invité de Mamoudou Ibra Kane a remercié le Sénégal et son Etat, pour le soutien envers lui et son père. Le délibéré du procès est prévu le 16 septembre, à Paris. Procès qui se déroule, depuis, sans sa présence. Mais devant son père, retenu depuis lors, au pays d’Emmanuel Macron.