Coronavirus : épouse d’Alpha Blondy, Aelyssa Darragi charge l’Italie et félicite la Chine

Alpha Blondy et Aelyssa Darragi

Vu l’ampleur que prend la pandémie du Coronavirus dans le monde, plusieurs personnalités publiques prennent d’assaut les réseaux sociaux pour sensibiliser leurs followers. Aelyssa Darragi, la nouvelle épouse légitime de la star du reggae Alpha Blondy, n’a pas dérogé à la règle. Sur sa page Facebook, la Tunisienne a attiré l’attention des Ivoiriens sur la gravité du mal, non sans clasher l’Italie saluant au passage l’attitude de la Chine..

« Attention, ce n’est pas une blague », peut-on lire sur sa page. Si la ravissante Aelyssa Darragi avait joué la carte du silence face aux polémiques qu’avait suscitées son union avec le célèbre sexagénaire Alpha Blondy, elle a une posture différente face à la menace du Covid-19 qui sème le désarroi dans plusieurs pays du monde.

Dans un post relativement long sur Facebook, la désormais madame Koné s’est exprimée sur l’épidémie du Coronavirus. Elle a commencé par déplorer la stratégie adoptée par l’Italie au début de ce que l’on pourrait désormais appeler la pandémie. Pour elle, les Italiens ont commis la grosse erreur de négliger le mal, au début. A la détection des premiers cas, les mesures préventives avaient été foulées du pied et « les gens continuaient de vivre leur vie comme d’habitude et descendaient dans la rue pour travailler, se divertir et s’amuser comme en période de vacances… », comme si de rien n’était.

*** Apprenons des autres… des erreurs et des conséquences!!!La grosse erreur des italiens 🇮🇹 était qu'au début du…

Publiée par Aelyssa Darragi sur Lundi 16 mars 2020

Le Coronavirus, une menace à prendre très au sérieux

Par contre, madame Koné salue le comportement des Chinois qui ont très vite pris la menace au sérieux en instaurant des instructions sanitaires très strictes qui ont été respectées par la population pour empêcher la prolifération du Covid-19, un mal dont le 1e cas avait été détecté dans ce pays, fin 2019. « Les Chinois 🇨🇳se sont tout de suite mis au pas et accepté le confinement TOTAL pour éviter la propagation et que les hôpitaux soient submergés », indique-t-elle.