Coronavirus en RDC : témoignage d’un étudiant depuis Kinshasa

La propagation de la pandémie du Coronavirus a pris un nouveau tournant en République Démocratique du Congo. En moins de deux semaines, le ministère de la Santé et l’Institut National de Recherche Biomédicale ont déjà enregistré 23 cas confirmés et un mort. Jusque-là, seule la ville de Kinshasa est touchée par cette maladie. Le gouvernement congolais a pris des mesures drastiques dont la fermeture des écoles, des universités, la suspension des cultes et l’interdiction des rassemblements, pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19.

Comment les habitants de Kinshasa vivent pendant cette période de  pandémie? Respectent-ils les mesures prises par les autorités ? Afrik.com a recueilli le témoignage de Lwange Josué, étudiant en Ingénierie à l’Institut supérieur des Techniques Appliquées.

Afrik : Quelle est le rythme de la capitale congolaise après la prise des mesures pour limiter la propagation du Coronavirus en République démocratique du Congo ?

Lwange Josué : L’ambiance a diminué à Kin, avant la décision des autorités, certains bus transportaient 100 passagers, mais aujourd’hui, ils en transportent 30 et moins, pour d’autres bus qui transportaient 50 passagers, transportent  désormais 20 personnes et même moins, mais pour d’autres c’est 15 à 20 personnes. Pour les motocyclistes, c’est presque la même chose, auparavant ils transportaient deux personnes, mais aujourd’hui, c’est une personne sur une moto. En bref, les routes qui connaissaient les embouteillages sont presque libres.

Afrik : Quel est l’état d’esprit de certains Kinois actuellement ? Est-ce-que les églises, les magasins et les terrasses fonctionnent comme d’habitude ?

Lwange Josué : On peut lire la panique dans les fiefs de certains kinois. La circulation dans la capitale congolaise a diminué, Il y a un calme précaire. Les églises sont ouvertes, mais il n’y a pas de fidèles au rendez-vous. Dans certains quartiers, les éléments des forces de l’ordre saisissent les chaises et les instruments de musique des terrasses et bistrots qui ouvrent leurs portes, bravant les instructions. Certains magasins sont ouverts, les habitants se précipitent pour s’approvisionner. S’agissant des petits commerces, il faut signaler que les commerçants ambulants circulent dans la capitale congolaise comme d’habitude, mais en nombre réduit.

Afrik : Les universités et les écoles suivent-elles la mesure des autorités congolaises portant sur la suspension de toutes les activités ?

Lwange Josué : Les écoles, les universités ont arrêté toutes les activités, en respect aux mesures prises par les autorités. Les camarades logeant dans le campus sont tous rentrés chez eux. Ceux qui ne sont pas de Kin, restent aux homes mais ne font plus de sortie. L’ambiance est beaucoup moins agitée suite à la présence de cette maladie dans la capitale congolaise.. Actuellement, Il n’y a plus d’attroupements à Kinshasa.