Coronavirus au Bénin : le pays court-il vers une recrudescence de l’épidémie ?

Ce mercredi 17 juin 2020, les statistiques relatives à l’évolution du Covid-19 au Bénin ont été réactualisées par les autorités. Elles dénotent d’une hausse drastique du nombre de cas positifs alors que le pays enregistre de nouveaux décès. Cette tendance haussière depuis près d’une semaine confirme la recrudescence du mal au plan national. 

Une hausse spectaculaire du nombre de malades et de morts

Après plusieurs semaines de stabilisation du nombre de cas au Bénin, le pays semble être en proie à une recrudescence du nombre de malades et de morts dus au Covid-19. Ce mercredi 17 juin 2020, l’actualisation par les autorités des données sur le Coronavirus pourrait faire craindre le pire. 

En seulement 24 heures, 40 nouveaux cas ont été enregistrés, ce qui porte le total de cas confirmés positifs détectés sur le sol béninois à 572. La veille, la barre symbolique des 500 cas avait été franchie avec 532 personnes infectées. À l’heure actuelle, ils sont 326 malades à être sous traitement pour 237 malades guéris. Le 15 juin, le gouvernement avait annoncé que 2 malades étaient dans un état critique et à la même date, le nombre de décès passait de 6 à 9. 

À la lumière de ces données, le nombre de cas positifs au Bénin a littéralement doublé au cours des deux dernières semaines. Le nombre de personnes infectées augmente et avec lui, le nombre de décès.

La gestion de la crise par le gouvernement est pointée du doigt

Depuis plusieurs semaines déjà, des voix s’élèvent au sein de l’opinion publique et des médias locaux pour pointer du doigt la gestion de la crise sanitaire, telle qu’elle est faite par le gouvernement. Plusieurs raisons pourraient expliquer cette tendance à la hausse. 

La prise en charge des malades asymptomatiques est mise en cause. Le fait que les malades asymptomatiques ne soient pas pris en compte dans les statistiques officielles relance le débat sur la crédibilité des chiffres officiels publiés. 

Mais davantage, l’opinion publique pointe du doigt la levée des mesures de restriction dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Au lendemain de cette décision, plusieurs hommes politiques s’étaient alors exprimés sur le sujet, arguant que « nous sommes une nation sans moyen. Il faut que nous apprenions à vivre désormais avec le virus ». 

S’en sont suivies les élections communales et leurs lots de violations des gestes barrière et des mesures préventives lors de la campagne électorale et des scrutins. Au lendemain du vote, des craintes par rapport à un pic de la maladie avaient été exprimées et quasiment 1 mois jour pour jour après, le nombre de malades a doublé et celui des morts à triplé. Une recrudescence qui intervient alors que dans le monde, les États se remettent peu à peu de la pandémie. Pendant ce temps, le gouvernement béninois continue de justifier cette hausse du nombre de cas par un dépistage massif au sein de certaines catégories socioprofessionnelles. Cela fait écho à la du Président Donald Trump qui affirmait lundi qu’avec moins de tests, son pays recenserait moins de cas.

Un déni persistant de la maladie

Depuis la levée de certaines mesures préventives prises au début de la pandémie, l’économie béninoise retrouve peu à peu son souffle, au prix malheureusement d’un relâchement dans le respect des gestes barrières telles que le port du masque qui reste pourtant obligatoire sur toute l’étendue du territoire. 

Sur le site officiel du gouvernement, on peut le lire clairement : « Le port de masque est obligatoire pour tous et en tous lieux au Bénin. Les forces de défense et de sécurité sont instruites aux fins de veiller au respect des consignes officielles sur toute l’étendue du territoire national. »

Tout porte à croire que le déni de la maladie persiste au sein des populations béninoises, ce qui n’aide pas à l’observance des gestes barrières et à la lutte contre la propagation de la maladie.