Coronavirus – Afrique : augmentation des noyades de migrants en Méditerranée

La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge sont alarmés par l’augmentation des noyades de migrants en Méditerranée. Un temps plus chaud et une surveillance détendue en raison de l’épidémie de COVID-19 seraient à l’origine d’une augmentation du nombre de personnes tentant de traverser la Méditerranée de l’Afrique du Nord à l’Europe.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), de nombreux migrants ne survivent pas à ce voyage périlleux, avec 20% de personnes supplémentaires décédées en juin de cette année par rapport à l’année dernière.

Le président de la FICR, Francesco Rocca, a déclaré: « Alors que les volontaires de la Croix-Rouge en Italie soutiennent ceux qui ont réussi à survivre à la traversée, malheureusement de l’autre côté de la Méditerranée, les volontaires du Croissant-Rouge libyen et tunisien doivent récupérer les corps de ceux qui ne l’ont pas réussis. »

Les volontaires du Croissant-Rouge libyen et tunisien ont la tâche difficile de retrouver les corps de ceux qui périssent le long du littoral et de les transférer avec dignité dans les hôpitaux locaux. Rien qu’au mois de juin, les équipes du Croissant-Rouge ont retrouvé 26 corps en Libye et plus de 30 en Tunisie.

Le président Rocca a poursuivit : «Chaque personne qui meurt en essayant de traverser cette étendue d’eau mortelle est plus qu’une simple statistique. C’est quelqu’un qui était plein d’espoir pour un avenir meilleur, avec sa famille et ses amis qui l’aimaient, qui ont probablement fait face à d’innombrables difficultés en cours de route seulement pour mettre fin à leur vie, nous ne pouvons pas oublier cela. »

Selon l’ONU, plus de deux fois plus de personnes sont arrivées sur les côtes italiennes cette année par rapport à la même période que l’année dernière. Cependant, cela ne donne pas une image complète de la situation. Le gouvernement italien a déclaré ses ports dangereux depuis avril en raison de COVID-19 et tout débarquement de migrants a été empêché jusqu’à ce qu’ils puissent être réacheminés vers d’autres pays ou a été considérablement retardé. Il en résulte que les migrants sont laissés à bord pendant de longues périodes avec un accès limité à la santé, à la protection ou à tout autre type d’assistance.

À leur arrivée, les volontaires de la Croix-Rouge italienne, les premières personnes qu’ils voient, fournissant les premiers secours et un soutien psychosocial, facilitant les mesures de quarantaine et partageant les informations.

«Année après année, les traversées se poursuivent. Notre crainte est que la situation ne fasse qu’empirer, avec l’aggravation de la crise économique causée par COVID-19 », a déclaré le président Rocca. « Nous savons que les migrants sont déjà confrontés à un manque d’accès aux services de santé et d’hygiène . Ils ont trop peur de demander de l’aide lorsqu’ils sont malades et il leur est presque impossible de garder une distance physique avec les autres dans les camps de réfugiés surpeuplés. »

Sauver des vies en mer et offrir aux migrants des possibilités effectives d’accéder à l’aide et à la protection sont des responsabilités collectives. Les États membres de l’UE ne peuvent y faire face seuls. De l’autre côté de la mer, les pays d’Afrique du Nord et d’Afrique centrale ne doivent pas non plus être laissés seuls: l’humanité et la solidarité sont les seules réponses.