Corne de l’Afrique : la faim risque de tuer 6,2 millions de personnes

La sècheresse a entraîné dans la corne de l’Afrique – Ethiopie, Kenya, Somalie et Djibouti – une famine qui menace 6,2 millions d’êtres humains. Mais ce sont les 3,5 millions de Kenyans qui sont les plus menacés à cause notamment de la baisse de l’aide accordée à ce pays.

La famine continue de faire rage dans la corne de l’Afrique. Ce sont 6,2 millions qui ont besoin de l’assistance du Programme alimentaire mondial (PAM) dans les zones pastorales du Nord et l’Est du Kenya, du Sud de l’Ethiopie, à Djibouti et dans le Sud de la Somalie. Le Kenya est cependant l’un des pays les plus vulnérables. Selon Peter Smerdon, porte-parole Afrique du PAM, les donations à destination de ce pays pour la période allant de février 2006 à février 2007 ont chuté de 77% (soit 175 millions de dollars) alors que son organisation doit venir en aide aux 3,5 millions de Kenyans actuellement victimes de la sècheresse et de la famine.

Le PAM a besoin d’une aide d’urgence de 211 millions de dollars

« Nous avons assez de céréales (maïs et riz, ndlr) pour tenir en mars et en avril, explique Peter Smerdon, mais ce n’est pas le cas pour le mois de mars en ce qui concerne les haricots, l’huile végétale et surtout la farine enrichie. » Un aliment essentiel à l’équilibre nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, à celui des futures mamans et nouvelles accouchées à qui le PAM donne la priorité. Les rations risquent donc d’être réduites pour la période de mars, avril et mai si « nous ne recevons pas, affirme M. Smerdon, de nouveaux dons et particulièrement des liquidités ». Ce qui risque de précariser encore plus la situation des victimes. Les pénuries d’eau sont également l’autre problème auquel doivent faire face les populations des régions concernées. Zones vers lesquelles le gouvernement kenyan achemine des tanks d’eau. Ce qui malheureusement reste encore insuffisant pour couvrir leurs besoins. Elles se tournent alors vers l’eau souillée comme a pu le constater récemment le porte-parole du PAM.

En Somalie, le PAM a encore besoin de 34 millions de dollars pour nourrir un million de personnes et de deux millions pour 50 000 autres à Djibouti. L’Ethiopie est, quant à elle, le seul pays où la situation est quelque peu encourageante : l’organisation peut en effet s’appuyer sur ses réserves de l’année dernière pour aider les 1,7 million de personnes qui sont victimes de la faim dans ce pays. C’est au total une aide d’urgence de 211 millions de dollars qui sont nécessaires pour venir en aide à cette région qui est également victime, selon Peter Smerdon, d’un malheureux concours de circonstances. Les donateurs ont dû faire face à beaucoup de situations d’urgence en 2005 et la crise alimentaire, que connaît actuellement la corne de l’Afrique, coïncide avec la période « habituelle » – elle s’étend de janvier à avril généralement – de famine en Afrique australe. Rappelons que la crise alimentaire dont sont victimes ces quatre pays de la corne de l’Afrique est due à une sècheresse sans précédent qui frappe la région.