Coordonner la lutte contre le terrorisme et l’émigration clandestine à l’échelle méditérranéenne

Les travaux de la première réunion des chefs d’état-major des forces terrestres des pays membres de l’initiative « 5+5 défense » ont été centrés, mardi à Alger, sur le terrorisme et l’émigration clandestine dans le bassin méditerranéen.

Notre correspondant en Algérie

Les chefs d’état-major de l’Algérie, de la Libye, de la Mauritanie, de la Tunisie, du Maroc, de la France, de l’Italie, de Malte, de l’Espagne et du Portugal, les pays membres du groupe « 5+5 défense », se sont réunis ce mardi à Alger. Ils ont planché sur le terrorisme et l’émigration clandestine considérés comme les principales préoccupations des pays du bassin méditerranéen.

La coordination des efforts était le leitmotiv de cette rencontre où les participants ont affiché la volonté tenace de lutter contre le phénomène terroriste dans toutes ses dimensions. « L’éradication du terrorisme nécessite la conjugaison et la coordination des efforts de tous les pays membres de l’initiative « 5+5 défense » », a tenu à préciser le commandant des forces terrestres algériennes, le général-major Achène Tafer, lors de sa locution introductive.

La cohérence dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité était considérée par les participants comme principale condition du succès de cette stratégie où l’Algérie a acquis une solide expérience au vue des multiples efforts et sacrifices consentis au service de la paix et de la pacification.

Pour une meilleure coordination des actions

L’émigration clandestine a aussi interpellé les chefs d’état-major des pays membres et qui ont conflué vers l’idée de son traitement dans le cadre sécuritaire, comme principal moyen de lutte. Les participants se sont accordés à étudier dans tous ses contours ce phénomène qui prends de plus en plus d’ampleur et qui a causé la mort de plusieurs milliers de jeunes à la recherche du bien être.

La partie algérienne plaide pour l’échange et le traitement d’informations d’une manière cohérente et une feuille de route commune pour donner un bond qualitatif à la stratégie de lutte commune contre les risques potentiels auxquels sont exposés les pays membres de cette initiative.

Les ministres de la défense des pays membres du groupe « 5+5 défense » plancheront en décembre prochain dans la capitale de la Jamahiriya libyenne, Tripoli, sur les recommandations à appliquer.