Conte d’Abyssinie

Après un premier week-end de compétition, l’Ethiopie est en tête du bilan des neuvièmes championnats du Monde d’athlétisme qui se déroule cette semaine à Paris Saint-Denis. Avec 5 médailles, deux d’or, deux d’argent et une de bronze, les Ethiopien ont bien lancé le continent.

Honneur aux dames, les premières médailles africaines de ces neuvièmes Championnats du Monde d’athlétisme sont féminines. L’Ethiopienne Adere Berhane, vice championne du monde en 2001, enlève à 30 ans son premier titre majeur en remportant le 10 000 m en 30 minutes 04 secondes.18 centièmes. Elle devance sa compatriote Kidane Werknesh et la Chinoise Sun Yingjie au terme d’un magnifique sprint final. Seule déception, la tenante du titre, Derartu Tulu, a craqué à mi course, alors qu’un triplé était possible.

Le 10 000, chasse gardée éthiopienne

La distance éthiopienne ? Le 10 000 m assurément. Après le doublé chez les femmes, les hommes ont pour leur part réussi un magnifique triplé grâce à une très belle course d’équipe. Gebreselassie, quadruple vainqueur de l’épreuve (93, 95, 97 et 99) et troisième il y a deux ans à Edmonton reste bien un champion d’exception. C’est lui qui accélérera à 10 tours de la fin, seulement suivi de ses deux coéquipiers, pour lâcher les Kenyans. Mais dans le dernier virage Kenenisa Bekele, 21 ans, fera parler la jeunesse de ses jambes pour remporter l’épreuve en solitaire. Sileshi Sihine, 20 ans, complètera le podium.

Une passation de pouvoir sans doute entre le plus grand coureur de fonds de ces dernières années et le plus doué de la nouvelle génération qui essaiera de réaliser le doublé dimanche prochain dans le 5 000 m, course dont le record du monde appartient à Gebreselassie…

 Visiter le site des 9èmes Championnats d’athlétisme.