Congo : Pointe-Noire se mobilise contre le choléra

Le gouvernement congolais, appuyé par l’Unicef, a lancé jeudi à Pointe-Noire la campagne intensive de lutte contre le choléra qui devrait durer plus d’un mois. Objectifs : assainir les puits et sensibiliser la population. L’épidémie a déjà fait 62 morts depuis novembre dans la capitale économique du Congo. Reportage.

Jeudi, sous un soleil de plomb, le quartier de Mpaka, dans le troisième arrondissement de Pointe-Noire, avait des airs de fête. Pourtant, la cérémonie qui s’y est déroulée avait une cause peu réjouissante. En effet, les autorités locales et nationales, représentées par le Premier ministre congolais, et les institutions internationales (Unicef, OMS, MSF) ont lancé la campagne intensive de lutte contre le choléra. Les premiers cas de cette maladie sont apparus début novembre à Pointe-Noire, la capitale économique du pays. L’infection intestinale aigüe qui se transmet par l’eau y a fait 62 morts en 4 mois, avec près de 5 000 cas répertoriés. Aujourd’hui, même si, grâce à une prise en charge gratuite et efficace, la mortalité est contrôlée (le dernier décès remonte à janvier), le nombre de cas déclarés quotidiennement reste élevé, entre 50 et 120.

Il faut agir maintenant. L’Unicef a prévu 12 jours de campagne de chloration des puits – principales sources de contamination – et de sensibilisation des populations. « Nous remercions l’Unicef d’avoir donné l’impulsion et nous allons maintenir cette campagne pendant au moins un mois », a assuré jeudi le Premier ministre. « Nous avons l’argent pour cela. Jusqu’ici, nous avons alloué 200 millions de Fcfa à la lutte contre le choléra, la campagne devrait nous coûter 50 millions supplémentaires et nous sommes décidés à les mettre. Il en va de la santé de la population ! Nous ne pouvons pas dans l’immédiat nous lancer dans de vastes opérations d’assainissement. C’est pourquoi nous mettons l’accent sur l’hygiène corporelle et du milieu. »

Les 4 « commandements »

La tâche est vaste. Elle concerne 834 182 habitants et 45 600 parcelles sur lesquelles 12 135 puits à traiter ont été récensés… Avant que le Premier ministre ne verse de l’eau de javel dans deux puits pour montrer l’exemple, le Dr Koen Vanormelingen, représentant de l’Unicef au Congo, a rappelé les quatre mesures simples de prévention de la maladie. Bouillir l’eau avant de la boire ou y mettre quelques gouttes de javel, se laver fréquemment les mains, surtout avant de manger ou après avoir été à la selle, bien laver les aliments avant de les consommer et les protéger des mouches et, enfin, utiliser des latrines et les maintenir propres. Le choléra, qui provoque de fortes diarrhées et des vomissements, peut être fatal à cause de la désydratation. Au premier rang des accusés : l’insalubrité et le manque d’hygiène. Un prolème bien connu des habitants de Pointe-Noire, ville construite dans une zone marécageuse. L’épidémie s’est d’ailleurs déclarée dans les quartiers périphériques, souvent impropres à la construction.

Dans ces zones, la grande majorité des ménages n’a pas l’eau courante. Et lorsque les canalisations existent, elles présentent aussi des dangers. « Les canalisations sont érodées et reposent à même le sol, ce qui les expose à des dégradations entraînant la contamination. Nous avons des équipes qui travaillent 24 heures sur 24 à la réparation des canalisations. L’autre problème, c’est que nous ne produisons pas assez d’eau. Pour pallier à cela nous avons le projet de deux nouveaux forages à Pointe-Noire. Nous étudions aussi la manière d’amener nos canalisations pour l’eau potable dans tous les quartiers », explique Nicolas Labarre, directeur général de l’hydraulique. Qui précise : « Les analyses in situ ont révélé que notre eau n’était pas contaminée, que ce soit à Pointe-Noire et à Brazzaville. Cependant, nous avons pris des mesures pour mieux la chlorer. A Pointe-Noire, nous avons installé une dizaine de points de chloration le long des canalisations d’eau. » L’épidémie s’est déjà répandue dans le département voisin de Kouilou, avec 114 cas et 8 morts. Un cas a été déclaré à Mindouli, localité qui se trouve entre Pointe-Noire et Brazzaville, tandis que la capitale politique a enregistré 75 cas et 7 morts. Mercredi, deux autres cas ont été signalés dans le Nord. Il est temps d’agir.

En photo : « Le Premier ministre lance la campagne »