Congo : la BCI abat ses cartes avec Zina Hope


Lecture 2 min.
Zina Hope grande.

La BCI [Banque Commerciale Internationale] s’apprête à lancer deux nouvelles cartes bancaires « Mobembo » et « Kimia », qui permettront d’effectuer des retraits d’espèces dans les Distributeurs Automatiques de Billets et des paiements commerçants sur terminaux électroniques dans tous les pays de la zone CEMAC.  Pour sa stratégie de communication, la banque congolaise innove en s’appuyant sur une opération de branding musical pour élargir son profil cible et s’associe à Zina Hope.

Cette jeune artiste prometteuse de Pointe Noire avait déjà prêté sa voix et son image à TNT AFRICA Congo et récidive cette fois avec la BCI sur une thématique de voyage puisqu’elle sera au cœur d’un documentaire de 26 minutes intitulé « Mobembo Na Kimia ». Ce film en préparation ayant des allures de « road movie » mêlant paysages de la République du Congo et rencontres musicales à travers le pays.

« Depuis plus d’un an, grâce à la chanson, ma vie n’est faite que d’aventures et de jolies rencontres, celle avec la BCI en fait partie. J’ai la confiance de la banque et j’ai carte blanche dans ce documentaire pour rester telle que je suis, en toute simplicité. Je pars dans l’inconnu, en toute liberté, sans avoir de rôle institutionnel à jouer. » se réjouit la jeune interprète.

Si elle est très répandue pour nombre de marques internationales, la « Brand Culture », comme l’on dit dans le jargon publicitaire, l’est beaucoup moins au Congo et encore moins dans le secteur bancaire. A travers l’image de Zina Hope, la BCI abat donc ses cartes et se distingue de ses concurrents pour susciter l’adhésion d’une nouvelle et jeune communauté sensible tout autant aux voyages qu’à la musique.

Zina Hope visageA parler de musique, celle de Zina Hope se distingue quant à elle par un style métissé, teinté  de « french touch » utilisant de véritables instruments dont certains rarement utilisés au Congo tels l’accordéon, la contrebasse, le washboard, et autres instruments divers, le tout habillant textes en français et lingala…  Agée de 23 ans et aventurière dans l’âme, Zina Hope, qui est également animatrice de télévision, se prépare donc à faire ses bagages pour partir de Pointe Noire à Brazzaville, Dolisie, Impfondo, Gamboma, autant de villes où est implantée la BCI.

Par Clement Inga

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter