Congo : l’offensive des pro-Mokoko


Lecture 3 min.
arton59914

A Paris, l’offensive des partisans de Jean-Marie Michel Mokoko
L’association ACB-J3M (Action pour le Congo-Brazzaville avec Jean-Marie Michel Mokoko) passe la vitesse supérieure. Pour Francis Mouketo, le nouveau président de cette association, cette décision découle du constat selon lequel plus personne ne parle de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, détenu à la Maison d’arrêt de Brazzaville pour « Atteinte à la Sureté de l’Etat ».

Lobbying et Communication ! Deux mots seulement résument le (vaste) programme du nouveau président de l’ACB-J3M. Lobbying auprès des institutions internationales et de quelques personnalités influentes pour aborder le sort réservé à Jean-Marie Michel Mokoko, « arbitrairement détenu à la Maison d’arrêt de Brazzaville, sans raisons valables », estime un membre de l’ACB-J3M.

Communication sur le projet, la vision et la philosophie du candidat Jean-Marie Michel Mokoko à l’élection présidentielle du 20 mars 2016 car, pense-t-il, ce projet est plus que jamais d’actualité. Et, surtout, rassembleur. « Le pouvoir illégitime de Brazzaville, aux abois, tente de sauver les meubles en jouant davantage sur la fibre tribaliste. Si nous n’y prenons pas garde ou si nous ne faisons pas appel à des hommes d’Etat tel le Général Jean-Marie Michel Mokoko, notre pays s’éteindra », s’alarme Francis Mouketo.

Et d’ajouter : « Notre rôle, à nous qui croyons en lui, est de faire la pédagogie de ses idées, car nous disons stop à l’instrumentalisation du tribalisme. » Ce faisant, l’association animera une conférence de presse à Paris pour faire le point sur les prisonniers politiques en général et sur Jean-Marie Michel Mokoko en particulier. La date de cette conférence sera définie lors de la réunion du 12 novembre prochain, qui installera le nouveau bureau de l’ACB-J3M.

Quelques divergences sur la stratégie de Communication

Mais, d’ores et déjà, les tensions éclatent sur la manière dont l’ACB-J3M entend aller au front et sur la légitimité du nouveau président. D’aucuns l’accusent de putschiste, et pour cause, l’ancien président Michel Mpandi Ondongo continue de contester son élection. Des allégations que Francis Mouketo balaie d’un revers de la main : « Selon l’article 16 de notre règlement intérieur, le Conseil d’administration peut convoquer une Assemblée Générale pour élire le bureau. C’est ce qui a été fait. Par ailleurs, le mandat de mon prédécesseur avait expiré depuis le mois de mai et il traînait les pieds, un peu à la manière de Kabila, pour de nouvelles élections. Mais là n’est le problème. Le plus important est notre façon de communiquer sur le Général et son projet. »

Si Michel Mpandi avait opté pour la solitude – il intervenait seul mais au nom de l’association – , Francis Mouketo, lui, veut associer tous les membres du bureau pour aller parler du Général Jean-Marie Michel Mokoko et de son projet. Mais cela sera-t-il suffisant que Denis Sassou-Nguesso sorte de ses geôles celui qui a été longtemps son Conseiller ?

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter