Congo : gratuité des antirétroviraux

Le Congo a instauré, suivant une directive du président, la gratuité des médicaments antirétroviraux pour les personnes vivant avec le VIH/sida. Un plan progressif doit permettre à tous les malades, à terme, d’avoir accès au traitement.

Le gouvernement congolais a institué la gratuité des médicaments antirétroviraux (ARV) pour le traitement des personnes atteintes par le virus du sida afin de soulager leurs souffrances, a annoncé mercredi à Brazzaville une source proche du ministère de la Santé et de la Population.

« Il est demandé à toutes les formations sanitaires assurant la prise en charge des Personnes vivant avec le VIH de rendre gratuite la cession des médicaments AVR aux patients vivant avec le VIH éligibles au traitement, conformément aux directives du chef de l’Etat, chef du gouvernement, M. Denis Sassou Nguesso », indique une note circulaire du ministère.

Dans son message à l’occasion du Nouvel An, M. Sassou Nguesso a annoncé une série de mesures dans le domaine social, dont la gratuité totale des ARV pour la lutte contre le sida au Congo, rappelle-t-on.

Selon la circulaire gouvernementale, la cession se fera uniquement sur présentation d’une ordonnance à trois souches établie par un médecin prescripteur agréé par l’Initiative congolaise d’accès aux antirétroviraux (ICAARC) ou par le Programme national de lutte contre le sida (PNLS).

Cette décision du gouvernement est la réponse aux doléances des communautés formulées en avril 2006 à l’occasion du lancement national de l’initiative de l’Union africaine (UA) d’accélération de l’accès à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien des Personnes vivant avec le VIH/sida.

« La prévention et la prise en charge du VIH/sida constituent une véritable urgence. Il s’agit de soulager au plus vite les souffrances des Personnes vivant avec le sida et de leurs familles, d’améliorer leur qualité de vie afin de leur permettre de participer au développement », a indiqué le ministre de la Santé et de la Population, Alphonse Gando.

Il a annoncé qu’un plan à échelles sera mis en place en 2007 qui devra assurer à terme une couverture nationale et équitable en termes d’accès des populations à la prévention, au dépistage et à la prise en charge globale des Personnes vivant avec le sida.

Ce plan devra porter à 25 000 le nombre de malades devant avoir accès aux ARV, contre 5 361 seulement aujourd’hui. Environ 120 000 habitants sur les 3 millions que compte le Congo sont porteurs du virus, soit un taux de séroprévalence de 4,2%.