Congo : « Espace-Mak », le nouveau temple de la culture à Brazzaville


Lecture 2 min.
Rhode Makoumbou
Rhode Makoumbou

Ouverture, ce 21 août à Brazzaville de « l’Espace-Mak », un centre ayant pour objectif de promouvoir les œuvres de la plasticienne Rhode Makoumbou, de son feu père, David Makoumbou, ainsi que d’autres artistes congolais.

L’Espace-Mak, tel est le nom du temple de la culture au Congo. L’ouverture de cet endroit inédit a eu lieu, ce 21 août à Brazzaville. Situé dans le quartier Mansimou (OMS), dans le Sud de la capitale congolaise, cet espace culturel est une galerie permanente où seront présentées les œuvres de Rhode Makoumbou , de son père David Makoumbou (1946-2014), d’autres membres de la famille et d’autres artistes congolais.

Pour la promotion de la culture du Congo et de la République Démocratique du Congo, l’Espace-Mak organisera régulièrement « des expositions avec d’autres artistes de la République du Congo, ainsi que de multiples activités culturelles et intellectuelles », fait savoir son directeur Marc Somville, ajoutant au passage qu’un « bar pour les amoureux des arts sera juxtaposé à la galerie ».

Pour rappel, Rhode Bath-Schéba Makoumbou, co-directrice de l’Espace-Mak est l’une des têtes d’affiche de la peinture et la sculpture au niveau international. Elle est née le 29 août 1976 à Brazzaville. C’est depuis l’enfance que son père, David Makoumbou, l’initie à la peinture. Influencée par les courants de l’art réaliste, expressionniste et cubiste, elle se lance dans l’art en 1989.

Elle est connue pour son engagement dans la valorisation de la culture congolaise et les activités sociales de la femme africaine. Depuis 2002, Rhode Makoumbou a créé de nombreuses sculptures en matière composée (sciure et colle à bois sur une structure métallique) représentant les métiers des villages qui tendent à disparaître.

YouTube video
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter